1188726124_nuit_des_morts_vivants

SPOILERS...

On ne dira jamais assez à quel point ce film est important pour tout le cinéma d'épouvante. Réalisé en 1968 par George A. Romero (mais il n'a fait l'effet d'une exploitation salles efficace qu'à partir de 1970, devenant un vrai film culte et midnight movie), La Nuit Des Morts-Vivants n'est pas qu'un film d'horreur, c'est aussi (comme les autres films de Romero, exemple Zombie) une critique de notre société. Le film est en noir et blanc, un noir et blanc particulièrement magnifique. Si Romero l'a tourné en noir et blanc, c'est par manque de moyens, mais gageons que s'il avait eu plus d'argent, il aurait quand meme privilégié le noir et blanc à la couleur (une édition DVD sortie lors des 30 ans de l'exploitation internationale - en 2000, donc - propose le film en version colorisée : à bannir absolument, regardez le film en supprimant la couleur, c'est cent fois mieux que cette trahison colorisée !)...

1188726685_mortsvivantsdanschamp

L'histoire du film est extrèmement basique, bon nombre de films de genre la reprendront par la suite : une jeune femme (Judith O'Dea) se rend, avec son frère, voir la tombe d'un de ses parents proches, récemment décédé. Parallèlement, on apprend, par la radio, que les morts se lèvent étrangement, sortent de leurs tombes, et errent dans la nature. Sans doute un bouleversement astral, comme expliqué en partie plus tard dans le film. Une fois au cimetière, le frère de Barbara (car c'est son nom, Barbara) commence à la taquiner, à lui faire peur, 'ils vont venir te chercher, Barbara, bouh !!', ce qui exaspère et affole Barbara. Mais, seulement, c'est son frère qui se fera choper, par un mort-vivant, errant non loin du cimetière.

1188726624_cimetiere

Barbara, terrifiée, s'enfuit, et trouve refuge dans une maison isolée. Peu de temps après, un jeune homme de couleur (Duane Jones) et une famille trouveront aussi refuge dans la maison, et tous se joindront les coudes pour repousser les assauts lents mais certains des zombies amateurs de chair fraiche...Une simple morsure assurant à la victime mordue de devenir un zombie par la suite, on ne s'étonnera pas qu'un des résidents de la maison se fasse allègrement croquer à un moment donné... Je ne raconterai pas la fin (dernière séquence, située en plein jour) du film, pour vous laisser la totale surprise. Sachez seulement que cette scène fleure bon la dénonciation de l'injustice.

1188726711_5_nuit

Je n'irai pas par quatre chemins : ce film de Romero est incontestablement un chef d'oeuvre du cinéma, et pas seulement fantastique ou d'épouvante. Effets spéciaux assez impressionnants pour l'époque et le manque de moyens, sujet choc, limite tabou, et scènes vraiment choquantes là aussi (mais on relativise : c'est du noir et blanc, et ça n'a aucun point de comparaison avec les débordements gores de Zombie ou des films de zombies de Lucio Fulci du style Frayeurs ou L'Au-Delà), tout concorde pour faire de cette Nuit Des Morts-Vivants un film vraiment incroyable, un classique absolu.

1188726658_pfilm3423205071098

Un film qu'il faut absolument voir en noir et blanc, si vous avez (comme moi, grrr) l'édition proposant la version colorisée, coupez la couleur, please ! Le pire, aussi, c'est que sur cette édition DVD, les bonus ne correspondent pas au film, mais à son remake signé du meme Romero mais en couleurs, et en 1990 (et un remake sympa, mais sans plus) ! De plus (comme si ça ne suffisait pas), la piste audio est moyenne pour la VF, et à peine mieux pour la VO (mais les sous-titrages sont plutot mal placés). Bref, un film sensationnel, desservi par une édition DVD très médiocre, mais la seul vraiment facile à trouver par ailleurs. What a pity. A part ces ennuis techniques, un film époustouflants. Encore et toujours, un choc.