1188837343_affiche_bob_dylan__don_t_look_back_1967_1

Dans la série des articles très particuliers, après l'article sur le film/concert de Led Zeppelin, celui sur le documentaire choc de Alain Resnais, et celui sur les cartoons de Tex Avery, voici celui sur le plus grand documentaire musical de l'histoire du cinéma : Don't Look Back. Et là, attention, on atteint le niveau ultime de la qualité en matière de documentaire musical. D'ailleurs, on peut affirmer sans crainte que 99,9% des personnes interrogées répondraient Don't Look Back à la question 'quel est selon vous le plus grand documentaire musical jamais fait ?'.

1188838189_dylan_l

Sorti en 1967, ce documentaire a été tourné en 1965, par D.A. Pennebaker, lors de la tournée que Bob Dylan effectua en Angleterre cette année. Sa première tournée anglaise. La première fois qu'il quittait le territoire américain. Amateur de Dylan, le metteur en scène et photographe D.A. Pennebaker demandera au Barde (un des multiples surnoms de Dylan, dont le vrai nom est Robert Zimmerman) son autorisation de le suivre lors de sa tournée, de le filmer. Dylan acceptera, et lui proposera meme de filmer tout, absolument tout ce qu'il désirait filmer. On a donc avec Don't Look Back un des tout premiers (si ce n'est le premier) vrais documentaires real to real de l'histoire.

1188838162_dontlookbackpic

Le film, d'une durée de 1h35, montre aussi bien Dylan sur scène (et quelles chansons ! : The Lonesome Death Of Hattie Carrol, Gates Of Eden, It's All Right, Ma (I'm Only Bleeding), c'est le top du top dylanien de l'époque thin wild mercury sound - sa première période électrique) qu'en coulisses, répondant à un journaliste l'interviewant. Sns oublier les séquences situées en voiture ou dans les chambres d'hotel, avec Joan Baez (grande chanteuse folk), Albert Grossman, Pennebaker lui-meme...Sans oublier la fixation que Dylan aura sur un chanteur de folk anglais, un certain Donovan, qui sera en quelque sorte le rival/émule anglais du Barde américain.

1188838096_bobdylan_243x313

Filmé dans un noir et blanc très typé 'amateur', filmé caméra sur l'épaule comme tout vrai documentaire se doit de l'etre, Don't Look Back est célèbre en particulier pour la séquence l'ouvrant, un clip remarquable illustrant la chanson tout aussi remarquable Subterranean Homesick Blues : on y voit Dylan, dans la rue, tenant à deux mains un lot de grandes feuilles de papier imprimées, qu'il fait tomber une à une. Sur ces feuilles, les mots et expressions les plus importantes de ladite chanson. Bref, un des premiers vidéoclips de l'histoire. Ce clip sera repris en partie par Alain Chamfort, qui détournera l'idée des feuilles, et y incluera une annonce de recherche d'emploi assez amusante... Remarquable en tous points, ce film est une somme, qu'il faut voir. Si vous etes fan de Dylan, c'est indispensable de le voir. Pour les autres, que rien ne vous empeche de le voir aussi...