1225966963_frayeurs_0

SPOILERS !

Attention, photos choquantes !

Lucio Fulci est devenu, avec son mythique L’Enfer Des Zombies de 1979 (qui était une sorte de suite officieuse du Zombie de Romero, mais qui ressemblait plus à une préquelle de Zombie), un spécialiste, en Italie, du film d’horreur gore basé sur les zombies. Sorti en 1980, Frayeurs est son second film gore, et, pour certains, le premier volet d’une trilogie qui se poursuivra avec L’Au-Delà et La Maison Près Du Cimetière. Ou alors le second volet d’une trilogie commencée avec L’Enfer Des Zombies et finie avec L’Au-Delà. Allez savoir !

1225967039_ffff

Extrêmement gore, Frayeurs (La Paura, ou Nella Citta Dei Morti Viventi en VO) est un classique du cinéma de zombies. Malgré ses indéniables défauts (réalisation parfois hasardeuse, musique tonitruante, synthétique et moche de Frizzi, interprétation aléatoire – certains acteurs sont bons, d’autres, non), le film réussit parfaitement sa mission : faire peur, et faire dégoûter le spectateur. Les scènes choc s’enchaînent (pas autant que dans L’Au-Delà, mais tout de même), au détriment d’un scénario basique. D’ailleurs, l’histoire, là voici : dans une petite ville américaine sans histoire, du nom de Dunwich (le nom fait très Lovecraft, pour les amateurs !), un prêtre se pend dans un cimetière, un matin brumeux.

1225967012_kop

Son suicide, vrai blasphème dans pareil endroit (et surtout quand on considère que c’est un homme d’église qui se suicide, le suicide étant déjà blasphème aux yeux de la religion), déclenche quelque chose de terrible : une des portes de l‘Enfer s’ouvre, et les morts se mettent à revenir, à sortir de leurs tombes, pour s’attaquer aux vivants… Un journaliste, aidé par une medium, vont se lancer sur la trace de la tombe du prêtre suicidé, qui abriterait l’entrée d’une des portes de l’Enfer. Leur mission : parvenir à refermer cette porte…

1225967066_ref

Scénario assez basique et peu vraisemblable (celui de L’Au-Delà est similaire, on remplace juste le suicide du prêtre par un peintre maudit atrocement tué dans sa maison), mais qui, dans pareil film, fonctionne tout à fait. Parmi les scènes choc, notons le meurtre d’un jeune homme par Venantino Venantini (oui, un des acteurs des Tontons Flingueurs !), qui lui transperce le crâne avec une perceuse d’atelier, est anthologique. Sinon, une belle invasion de vers de terre dans une maison (assez dégueulasse, malgré l’absence de sang et de morts dans cette scène), des crânes bien déchirés (avec vision des cervelles), des visages de zombies bien crades, et une fin anthologique dans le passage ouvert par la tombe du prêtre maudit (la fameuse cité des morts-vivants du titre original).

1225967094_vbg

Bien sanglant et putride (interdit aux moins de 16 ans, bien évidemment), Frayeurs est interprété par Christopher George et par une actrice que Fulci réutilisera dans L’Au-Delà, Catriona McColl (laquelle est assez jolie, il faut bien l’avouer). Le film n’est pas parfait, et il ne plaira pas aux anti-films d’horreur (si vous n’aimez pas ce genre de films, ne perdez pas 90 minutes de votre vie à le regarder, Frayeurs ne vous fera pas apprécier le genre !), mais si vous êtes amateur, vous ne pourrez qu’apprécier totalement ce film qui, s’il n’est pas aussi fantastique que L’Enfer Des Zombies et L’Au-Delà, n’en est pas moins un vrai classique du genre ! Âmes sensibles, s’abstenir absolument !