1232531472_quatremouchesdevelours

SPOILERS…

Désolé si je n’ai pas mis de photos hormis les affiches, mais ce film n’existe pas en DVD chez nous, et il passe très rarement, pour ne pas dire, jamais à la TV…Bref, j'ai pas obtenu de photos...

Dernier des trois films de la ‘trilogie animalière’ (appelée ainsi en raison des noms d’animaux dans leurs titres), Quatre Mouches De Velours Gris est un giallo (thriller horrifique typiquement transalpin) réalisé par Dario Argento en 1972. Interprété par Michael Brandon, Mimsy Farmer, Bud Spencer et Jean-Pierre Marielle (hé si !), le film est certes moins réussi que les deux premiers volets (L’Oiseau Au Plumage De Cristal et Le Chat A Neuf Queues) et que le giallo suivant de Argento (Les Frissons De L’Angoisse), mais reste un très grand giallo.

1232531514_quattromoschedivellutogricioboxz1hires

Roberto (Michael Brandon) est batteur dans un groupe de rock. Il reçoit, de temps à autre, d’étranges messages téléphoniques venant d’une personne inconnue, qui, des fois, semble également le suivre. Une nuit, alors qu’il se rend compte que cet inconnu le suit, il parvient à le prendre à part, mais le tue accidentellement, en le poignardant. Roberto parvient à s’enfuir, mais quelques jours plus tard, il reçoit par courrier des photos de son crime (fait toutefois par légitime défense). Il est parfaitement reconnaissable sur les photos, prises par un mystérieux témoin. De plus, des personnes de son entourage vont, tour à tour, se faire tuer…Roberto est persuadé que son mystérieux inconnu, qu’il a logiquement tué, n’est pas mort, ou que quelqu’un d’autre veut lui faire payer ça…

Argento avait pensé à un vrai rockeur (Ringo Starr, entre autres) pour le rôle de Roberto, mais finalement, son choix se porta sur Brandon, plutôt bon il faut dire. Les autres acteurs (en particulier Marielle en détective privé homosexuel et Bud Spencer dans le rôle d’un ami de Roberto) sont très bons, la distribution est, pour le moins, hétéroclite !

1232531562_mouche4ey7

Le film est assez porté sur l’humour noir (plus que les deux autres films de la trilogie, déjà assez légers par moments – on se souvient, dans L’Oiseau…, du peintre ronchon amateur de chats sur un strict plan culinaire…), mais n’est jamais drôle involontairement. Comprendre : ce n’est pas un film qui privilégie l’humour au suspense (ici, diabolique, rempli de sadisme quant aux scènes de meurtres baroques et gores), mais un film qui utilise parfaitement le second degré (le personnage de Bud Spencer s’auto surnomme ‘Dieu’, son perroquet s’appelle ‘Fils de Pute’). Parmi les trouvailles du film, celle de la dernière vision de la victime imprégnée sur sa rétine est vraiment excellente (comme le cas du chromosome XYY dans Le Chat…). Dans l’ensemble, 4 Mosche Di Velluto Grigio est presque aussi définitif, dans le genre, que les deux autres films indépendants de la ‘trilogie animalière’. A voir à tout prix si vous aimez Argento et les giallos. A quand le DVD z2 français de ce film, merde ?