1233399781_le_gendarme_se_marie

Spoilers !!

En 1968, Jean Girault réalise le troisième volet de la fameuse saga des Gendarme : Le Gendarme Se Marie. Louis DeFunès, Michel Galabru, Jean Lefèbvre, Guy Grosso, Michel Modo et Christian Marin reprennent leurs rôles de gendarmes, et pour la dernière fois dans la saga, on retrouve Geneviève Grad dans le rôle de Nicole, la fille de Cruchot. Claude Gensac interprète, pour la première fois dans la saga, le rôle de la femme de Cruchot.

1233399969_4767eb45052f3

Cette actrice a tellement joué, dans les films, le rôle de la femme de DeFunès que l’on a cru, un moment, qu’ils étaient réellement mariés dans la vie, ce qui n’était pas le cas. Ce film n’est pas le premier de DeFunès dans lequel elle joue sa femme (en 1967, elle a joué ce rôle dans Les Grandes Vacances de Jean Girault), mais Claude Gensac est depuis restée cloîtrée dans ce carcan, ce rôle de Mme Cruchot, Mme DeFunès au cinéma. Dommage pour elle ! Ce film n’est pas le meilleur de la saga, selon moi (voilà pourquoi je lui attribue une note de 3 étoiles au lieu des 4 habituelles), en tout cas, pas mon préféré. C’est le 4ème des 6 films de la saga qui se trouve sur mon blog, et le dernier aussi (le dernier de la saga ne sera pas abordé ici). Malgré tout, ce film contient quand même de très bons passages !

1233399893_4767eb2588295

Le maréchal des logis chef Cruchot (Fufu), un jour, verbalise furieusement une automobiliste folle du volant, qui roule à une allure telle que Beltoise, à coté, ressemble à un VRP des Cissatrenne. De retour à la gendarmerie, il a la malheureuse surprise de constater que la femme qu’il a verbalisé et limite agressé est la veuve d’un colonel de gendarmerie qui était assez lié avec Dieu (pardon, DeGaulle). Cruchot, sur le point de syncoper, s’excuse auprès de Josepha LeFrançois – c’est son nom (Claude Gensac) – et en tombe amoureux. Et elle aussi tombe amoureuse de lui ! Devant les réactions étonnées de son chef Gerber (Galabru) et de ses subordonnés, Cruchot va alors faire la cour à Josepha. Sa fille Nicole (Geneviève Grad) voit d’abord ça très mal, avant de devenir amie avec Josepha. Un jour, Josepha pousse Cruchot à passer un concours interne afin de devenir adjudant-chef. S’il parvient à ce grade (pour lequel l’adjudant Gerber concourt aussi), il sera le chef suprême dans sa gendarmerie…

1233399947_4767eb23ebd4e

Le film contient des passages, osons employer le mot, cultes : le coup de foudre réciproque, le passage du concours, les résultats de ce concours…Il y à aussi des passages franchement pas terrible (toute la partie avec le criminel, joué par Mario David, qui enlève Nicole et Josepha, à la fin), et dans l’ensemble, ce film fait partie ni des réussites, ni des ratages de la saga. Il est assez marrant, mais parfois soûlant. Enfin, en ce qui me concerne ! Un assez bon cru, sans être un excellent cru. Rien que pour le coup de foudre et la partie concernant le concours (et Cruchot qui, un temps, devient le maître suprême), ce film est à voir. Mais pas en priorité !