18821587

 

SPOILERS !...

 

 

 

A ce jour, c’est le dernier film de David Cronenberg, réalisateur canadien assez dérangé et éclectique, qui n’a pour ainsi dire réalisé que des chef d’œuvres (seuls Spider, ExistenZ et éventuellement Crash ne sont pas terribles). Sorti en 2007, Les Promesses De L’Ombre est une de ses plus grandes réussites, en même temps qu’un film assez différent de sa production habituelle. Aucun élément fantastique ici (oui, OK, A History Of Violence, M. Butterfly et Crash aussi ne contenaient pas d’elements fantastique), mais le résultat est tout aussi dérangeant et sombre que ses premiers films d’horreur. L’action se passe en majeure partie à Londres, mais le thème principal et unique de ce film est la Mafia russe (laquelle est incontestablement la pire, car la plus brutale et violente de toutes les mafias, tout le monde le sait).

 

 

 

 

18837288

 

Interprété par des acteurs absolument saisissants, ce film est, il faut bien le dire, un vrai sommet, malheureusement trop court (seulement 100 minutes, on aurait aimé 20 ou 30 minutes de plus). Cronenberg retrouve ici l’acteur principal de son film précédent (A History Of Violence), Viggo Mortensen. En dépit de sa prestation éblouissante d’Aragorn dans la trilogie du Seigneur Des Anneaux de Jackson (qui lui a valu la renommée, et de nombreux fans de par le monde), c’est bien ici qu’il tient son rôle le plus incroyable, celui de Nikolaï Luzhin, membre d’une puissante famille de la mafia russe. Vincent Cassel (Kirill) est incroyable lui aussi, son meilleur rôle probablement, en tout cas, dans un film étranger. Naomi Watts est magnifique, et Armin Mueller-Stahl est impressionnant, comme souvent.

 

 

 

 

18802295

 

Le film raconte l’histoire d’une jeune femme, Anna (Naomi Watts), d’origine russe, qui exerce la profession de sage-femme. Au cours d’un accouchement difficile, la jeune femme qu’il aide à accoucher meurt en couches (le bébé, lui, survit). Anna, bouleversée par ce décès tragique, va tenter de retrouver la famille de la jeune femme, et découvre son journal intime, écrit en russe. Tout en faisant décrypter le journal, Anna rencontre un propriétaire de restaurant londonien (le Trans-Siberian) spécialisé dans la nourriture slave. L’homme, apparemment affable, du nom de Semyon (Armin Mueller-Stahl), est en fait le redoutable chef d’un gang de mafieux russes localisés dans la capitale anglaise. Bien malgré elle, Anna va plonger dans l’enfer de la mafia russe, et se retrouver plongée dans un engrenage infernal. Semyon et son fils Kirill (Vincent Cassel, impressionnant) sont prêts à tout pour mettre la main sur le journal. Anna n’aura pour ainsi dire aucun allié dans le réseau…Exception faite, peut-être, du chauffeur et homme de main de Semyon, Nikolaï (Viggo Mortensen), qui trouvera sans doute en Anna une chance de refaire sa vie, loin de la violence de la Mafia. Mais on ne quitte pas la Mafia comme ça. Jusqu’où ira sa loyauté envers son patron ?

 

 

 

 

18837285

 

Superbement réalisé (ambiance glauque et noire garantie, le film est vraiment sombre) et interprété, Les Promesses De L’Ombre (Eastern Promises en VO) est un film qui montre enfin la Mafia russe sous un autre jour que d’habitude. On avait, auparavant, l’habitude de voir la Mafia russe comme méchant de film d’action (Risque Maximum de Ringo Lam, seul bon film de JCVD) ou même de comédie (un des personnages du film Un Indien Dans La Ville de Hervé Palud a fort à faire avec des représentants de ce milieu dangereux – Jackie Berroyer, si je ne m’abuse, en perd plusieurs phalanges dans le film !).

 

 

 

 

18837289

 

Ici, elle est, si on peut dire, sublimée, comme la Mafia sicilienne l’avait été dans la fameuse trilogie du Parrain et comme la Mafia napolitaine vient de l’être avec le grandiose Gomorra. Un film choc, donc, à déconseiller aux âmes sensibles car assez brutal et violent (l’ambiance même du film est déstabilisante), et incontestablement un des plus grands films sur la Mafia (quelle que soit la nationalité de la Mafia). Un chef d’œuvre glaçant signé Cronenberg, assurément un de ses plus grands films. A voir à tout prix.