1214040997_vieux_fusil

SPOILERS…

Philippe Noiret manque vraiment au cinéma français. Ce film, réalisé par Robert Enrico, sorti en 1975, sacré film préféré des Français, et ayant obtenu le premier César du meilleur film (en 1976, lors de la première cérémonie), est probablement son meilleur, ou un de ses meilleurs avec Que La Fête Commence. Son nom ? Le Vieux Fusil. Philippe Noiret, Romy Schneider et Jean Bouise sont magistraux dans ce film dur et émouvant, prenant place pendant la seconde guerre mondiale, pendant l’Occupation, plus exactement en 1944. L’action se passe à Montauban, dans le Tarn-et-Garonne. Julien Dandieu (Noiret) est chirurgien, et mène une vie paisible (malgré l’Occupation) avec sa femme Clara (Romy, sublime) et leur petite fille Florence. Seulement, un jour, Julien demande à son ami et collègue François (Jean Bouise) d’emmener Clara et Florence dans leur maison de campagne, un château imposant et d’époque moyenâgeuse (dans la région, mais hors des limites de la ville), afin de les préserver au mieux de la guerre, au cas où quelque chose de grave se passerait en ville.

1214041121_18839801_w434_h_q80

Une semaine passe. N’ayant aucune nouvelle, et s’inquiétant un peu, Julien se rend sur place. Après avoir découvert, dans la chapelle du petit village non loin du château, les habitants, massacrés, Julien prend peur pour sa femme et sa fille, et se rend au château. Là, il va découvrir les corps des siens, ainsi qu’une troupe de soldats nazis, qui ont infiltré et envahi le castel. Prenant son courage à deux mains, et récupérant le vieux fusil familial, Julien va mener une croisade contre les envahisseurs, seul contre tous, et exercer sur eux sa vengeance implacable et sans limites…Une vengeance d’autant plus implacable que sa femme a été tuée à coups de lance-flammes, et sa fille, d’une rafale de balles dans le dos…

1214041090_18839802_w434_h_q80

La scène où Romy Schneider est tuée en se faisant incendier vivante est incroyable, marquante, troublante, choquante. Rarement la cruauté nazie aura été aussi bien montrée, exception faite, bien sûr, des films et documentaires sur la Shoah (précisons qu’aucun des personnages du Vieux Fusil n’est de religion juive). Le film fait penser, surtout dans la scène de l’église transformée en charnier, à la tragédie du village d’Oradour-sur-Glane, entièrement dévasté et massacré par les nazis, vers la fin de la guerre.

1214041148_18839798_w434_h_q80

Le Vieux Fusil peut-être vu comme un film de survie, de vengeance, une sorte de Justicier braque les nazis, sans faire de mauvaises allusions. Noiret est incroyable de sobriété et de conviction dans le rôle de ce médecin paisible et non-violent qui bascule dans la barbarie (il exécute les nazis avec un sang-froid réellement impressionnant), sans pour autant sombrer dans la folie. A ce titre, la scène finale est touchante et émouvante, en même temps que très forte : François (Bouise), dans la voiture avec Julien, lui dit que maintenant, c’est fini. Julien, sonné, fatigué, dit que oui, maintenant, c’est bien fini, et pour fêter ça, il invite François chez lui, afin de déjeuner, parlant de sa femme qui préparera un bon petit plat, de sa fille…avant de s’arrêter, brutalement, et de pleurer, se rendant compte réellement que sa femme et sa fille ne sont plus. Comme si il avait vengé sa famille en étant dans un état second, sans vraiment se rendre compte. Mais à la fin, une fois la vengeance finie, là, oui, il se rend vraiment compte de ce qui s’est produit. Et là, pour lui, ça fait mal.

1214041186_18839797_w434_h_q80

Contenant un lot de scène d’une dureté incroyable (le film est toujours interdit aux moins de 12 ans, si je ne m’abuse), Le Vieux Fusil est assurément un chef d’œuvre total du cinéma français. Tout le monde peut se reconnaître dans le personnage campé par Noiret, jusqu’à se demander si, dans pareilles circonstances, on agirait de la même manière. Impossible de jubiler en voyant Noiret flinguer, fracasser la tête d’un nazi contre un lavabo (scène dure), poignarder les envahisseurs. Impossible. En revanche, on comprend chacun de ses gestes, bien qu’il ne devienne, le temps de sa vengeance, qu’un assassin. Mais il y à des gestes qui, en temps de guerre, deviennent réellement indispensables. Et puis, face à la barbarie nazie, que répondre, sinon par les détonations d’un vieux fusil ? Servi par une musique exceptionnelle, ce film est une bombe émotionnelle (les personnages sont extrèmement attachants), un monument. A voir absolument, à revoir encore plus absolument.