1248771089_032620_af_w434_h_q80

SPOILERS...

Film choc réalisé en 1998 par Tony Kaye, American History X est un film sensationnel et déjà culte sur (ou plutôt, contre) le racisme et l'extrémisme. Le film est interprété par Edward Norton, Edward Furlong, Stacy Keach, Elliott Gould, Beverly D'Angelo, Avery Brooks, Fairuza Balk et Ethan Suplee, entre autres, et est si efficace contre la connerie raciste et nazie qu'il est souvent montré dans les lycées (il est interdit aux moins de 16 ans). C'est d'ailleurs de cette manière que je l'ai vu en 2000.

1248772526_american460

Derek Vinyard (Edward Norton), veut venger la mort de son père, abattu par un dealer de couleur. Complètement anéanti par cette tragédie, il incorpore un groupuscule néo-nazi dirigé par Cameron Alexander (Stacy Keach). Un soir, il est arrêté pour double meurtre, et est condamné à une peine de prison, qu'il fait en totalité. A sa sortie, il découvre que Danny (Edward Furlong), son jeune frère, qui l'idolâtre, est entré dans le clan néo-nazi de Cameron Alexander. Derek, que les années de prison ont totalement changé, et qui a renié totalement son passé de néo-nazi, va tout faire pour que Danny quitte ce clan, et va tenter de le sauver...

1248772581_032620_ph2_w434_h_q80

Je l'ai dit en haut d'article, mais je le redis ici, American History X est un putain de film choc, une oeuvre brute, forte, puissante, malsaine par moments, tragique et révoltante (Stacy Keach est dégueulasse de justesse dans le rôle d'Alexander). Edward Norton est impressionnant (aucun autre terme ne convient mieux) dans le rôle de cet ancien néo-nazi marqué à vie (dans les deux sens du terme : il est traumatisé par son passé, et porte un tatouage honteux, une svastika nazie - l'acteur sera immensément gêné de porter ce tatouage pendant la durée du tournage).

1248772556_american_history_x_1998_edward_norton_pic_3

Edward Furlong est excellent dans le rôle de son frangin cadet, plongé dans la folie nazie (la fin du film est aussi tragique que logique, dans un sens : quand il se fait tuer, on a du mal à ressentir de la sympathie pour lui, même s'il a été endoctriné par Alexander et les autres). Violent, choquant, ce film de Tony Jaye (qui a eu des emmerdes de production pendant le tournage, d'ailleurs) est un chef d'oeuvre brutal et essentiel. Âmes sensibles s'abstenir, ceci dit.