1196345390_amityville

SPOILERS !

Les classiques du cinéma d'horreur sont à chaque fois terrifiants : La Malédiction, L'Exorciste... Mais il existe aussi des films d'horreurs nettement moins réussis, mais tout aussi flippants : La Prophétie Des Ombres est de ceux-là, et Amityville, La Maison Du Diable aussi. Réalisé en 1979 par Stuart Rosenberg, inspiré du livre du même nom (The Amityville Horror, titre original) de Jay Anson, lui-même basé sur une histoire certifiée vraie, ce film est tout bonnement effrayant, et assez réaliste. Les acteurs du film sont tous très bons, à commencer par Margot Kidder et James Brolin, dans le rôle du couple Lutz. Rod Steiger joue le rôle d'un curé (Murray Hamilton, Don Stroud et John Larch aussi). Les autres acteurs, à part peut-être Michael Sacks (dans le rôle de Jeff, ami des héros), sont méconnus. La musique, signée Lalo Schifrin, est angoissante, la réalisation de Rosenberg, soignée, efficace.

1196346578_n

Un couple récemment marié, George et Kathy Lutz (second mariage pour Kathy, qui a trois enfants) s'installe dans une belle maison de style colonial situé à Amityville. Un an plus tôt, un massacre, perpétré par le fils de la maison, Ronald DiFeo, sur ses parents et frères et soeurs, s'y était produit. Mais ça n'empêche pas les Lutz de s'y installer. Très vite, cependant, d'étranges évênements vont se produire. Le père Delaney (Rod Steiger), ami du couple, doit se rendre chez eux pour bénir la maison. Sy rendant un jour que les Lutz sont dans le jardin, il est pris de malaise dans une pièce, qui se voit d'un coup infestée de mouches. Une voix se fait entendre, enjoignant le prêtre à déguerpir, ce qu'il fait, pris de nausées. Par la suite, Delaney tentera d'avertir ses confrères et supérieurs de ses craintes sur la sécurité des Lutz, mais ses craintes ne seront pas écoutées.

1196347370_v

Parmi les évênements les plus étranges, signalons le fait que George se réveillera assez fréquemment en pleine nuit, à 3h15 du matin, et que c'est à cette heure que le massacre avait eu lieu (on l'apprend rapidement au début du film). Entre bruits divers, objets qui bougent tout seuls (un crucifix qui est retourné sur le mur ; un rocking-chair dans la chambre de la petite Amy, qui par ailleurs voit, ou perçoit, une certaine Jody, 'amie imaginaire'), apparitions étranges, disparitions tout aussi étranges (une liasse de billets, que personne n'arrive à retrouver - excepté l'entourage de la liasse)...

1196346624_f

Notons aussi le brusque changement de caractère de George, qui commence à affuter une hache, se met à devenir agressif, colérique, maussade, violent, grossier...Alors qu'elle cherche des informations sur le massacre qui avait eu lieu dans la maison (et dont elle était au courant au moment de l'emménagement), Kathy découvre une photo du meurtrier, et se rend compte de l'incroyable ressemblance avec son mari George, comme si la maison avait choisi exprès son couple pour cette ressemblance avec l'ancien fils de la famille DiFeo, qui a assassiné ses proches...Très vite, la situation va devenir inextricable, et les Lutz, au terme de 19 jours épuisants, s'enfuiront en pleine nuit, alors que du sang coule des murs et des escaliers. Ils abandonneront tout, absolument tout, pris de panique...

1196346652_q

Le film n'est certes pas un chef d'oeuvre du genre, mais il est largement supérieur (et comment !) aux suites qui en seront faites - ainsi qu'au remake inutile fait il y à deux ans environ. Si James Brolin et Margot Kidder sont bons, Rod Steiger en fait des tonnes, il n'est pas très convaincant (son jeu est grossier). La VF du film n'arrange pas trop les choses, il faut le reconnaitre. Chose idiote, le DVD zone 2 propose une VO anglaise (obligatoire), mais pas de sous-titrages français (dans d'autres langues, mais pas dans la nôtre !), ce qui est aberrant.

1196346687_aa

Les effets horrifiques du film sont vraiment efficaces, comme ces yeux rouges aperçus, une nuit, par Kathy Lutz, des yeux étranges, inhumains. Sans oublier ce crucifix retourné, et ce sang coulant des murs et escaliers, à la fin. Le fait que ce soit inspiré d'une histoire vraie et très connue rend le film d'autant plus effrayant. Les Lutz (morts tous les deux, depuis peu) ont été traumatisés par ces évênements, qui n'ont été ressentis par aucun autre occupant de la maison (qui est toujours habitée). On leur reprocha de vouloir faire du sensationnel, mais lors de la sortie du film, des détecteurs de mensonges furent testés sur le couple, et ce, sans résultat - comprendre : sans qu'aucun mensonge ne fut décelé.

1196346600_x

Qu'on y croit ou pas, ce film reste un vrai moment de terreur basique, un film dans lequel la tension, l'oppression, le suspense, la terreur va crescendo. Au fur et à mesure, on est pris dans un suspense glauque et sans répit, et la conclusion en est le paroxysme. Un vrai classique, pas aussi définitif que L'Exorciste ou La Maison Du Diable (de Robert Wise), mais néanmoins très efficace. Un des films qui me font le plus flipper, personellement. Donc, si Amityville, La Maison Du Diable fait peur, c'est qu'il atteint son but, non ?