1234000556_imagetintin

SPOILERS…

Voici un article assez particulier, car il va aborder deux films indépendants l’un de l’autre, mais faisant cependant partie d’un tout : les deux adaptations cinématographiques (avec acteurs, je veux dire) de l’univers de la fameuse bande dessinée Tintin, de Hergé. Ces deux films ont été faits par deux réalisateurs différents, et à l’exception de quelques acteurs (celui jouant Tintin, et un ou deux seconds rôles), on ne retrouve pas les mêmes acteurs. De même, le second film n’est pas la suite du premier.

Bref, pourquoi faire un article au lieu de deux ? Par fainéantise de ma part ? Pas vraiment. Juste que j’estime rendre l’article plus intéressant si j’aborde les deux d’un coup, les deux films ayant cependant tout en commun.

1/ Tintin Et Le Mystère De La Toison D’Or

1234000038_tintin_et_le_mystere_de_la_toison_d_or_0

Le premier film date de 1961, et a été réalisé par Jean-Jacques Vierne. Coproduction entre la France et la Belgique (pays natal d’Hergé, et donc de Tintin), Tintin Et Le Mystère De La Toison D’Or possède un titre assez trompeur : il n’y est pas question de la mythique Toison d’Or de l’histoire de Jason et les Argonautes, mais d’un bateau portant ce nom. Ma première approche avec ce film, alors que j’étais gosse, fut un peu de l’ordre de la déception, à cause de ce titre trompeur.

1234000064_ztoison2

Mais j’ai relativisé rapidement, car ce film s’avère être réellement excellent ! On y trouve Jean-Pierre Talbot dans le rôle de Tintin (Talbot a joué Tintin deux fois, mais n’a pas eu d’autres rôles, volontairement, le métier d’acteur ne lui convenant pas vraiment – mais il est très convaincant), Georges Wilson dans le rôle du capitaine Haddock, Georges Loriot dans celui du professeur Tournesol. On y trouve aussi Marcel Bozzuffi, Charles Vanel (dans le rôle d’un ermite), Serge Marquand (le facteur), Max Elloy (Nestor), Dario Moreno, Demetrios Myrat.

1234000155_toison_d__or

Le capitaine Haddock reçoit, un jour, une lettre lui annonçant la mort de son vieil ami Témistocle Paparanic, un vieux marin. Paparanic lui lègue son bateau, la Toison d’Or, qui se trouve appareillé dans le port d’Istanbul, Turquie. Haddock part accompagné par Tintin et Milou, pour Istanbu, afin de voir à quoi ressemble ce bateau. Ils découvrent un vieux rafiot, une ruine sans grande valeur, délabrée, et Haddock est à la fois déçu et en colère de se retrouver avec cette ruine en sa possession. Mais rapidement, un certain Anton Karabine (Demetrios Myrat) leur propose de racheter, pour 600 000 livres turques, ce bateau. Intrigués par cette offre qu’ils jugent réellement surestimée (et qu’ils refusent, Haddock estimant qu’un héritage se conserve), Tintin et Haddock vont mener leur enquête pour savoir pour quelle raison Karabine tient tant que ça à posséder ce rafiot…

1234000197_38_05

Ils découvrent aussi, en enquêtant sur la vie de Paparanic, que celui-ci avait fait, plusieurs années auparavant, un coup d’atat dans un pays (fictif) d’Amérique du Sud, le Tétaragua, et qu’il avait amassé une grosse fortune. Apparemment, il aurait caché sa fortune dans la mer, et Karabine le sait aussi…Mais quel est donc le mystère de la Toison d’Or ?

1234000592_tintindiversc1a_02102007_144603

Avec ses paysages de carte postale (Turquie, Grèce), son ambiance bon enfant et bien dans le style de l’époque, ses acteurs plutôt bons et en tout cas, qui correspondent vraiment, au niveau physique, aux personnages, et son histoire qui multiplie les rebondissements, Tintin Et Le Mystère De La Toison D’Or est un très bon film d’aventures familial, pour amoureux de Tintin et de curiosités kitschs. Oui, c’est kitsch, vieillot, mais éminemment sympathique, agréable. Ca ne prend pas la tête, ce n’est pas prétentieux. C’est le meilleur des deux films qui ont été faits (pour le second, voir juste en-dessous !), mais malgré cela, ce n’est pas mon préféré des deux. Le second est mon chouchou, sans doute parce qu’il est encore plus kitsch et ‘exotique’, et aussi car il est plus fantaisiste. Mais ne vous méprenez pas, j’adore ce premier film !

2/Tintin Et Les Oranges Bleues

1234000007_tintin_et_les_oranges_bleues_0

Ce second film date de 1964, et est signé Philippe Condroyer. C’est une coproduction entre la France et l’Espagne, et on y trouve encore Jean-Pierre Talbot en Tintin. Max Elloy reprend, très brièvement (comme dans le premier film) son rôle de Nestor. En revanche, les autres acteurs changent : c’est Jean Bouise qui joue le rôle du capitaine Haddock, et Felix Fernandez qui joie le professeur Tournesol. On y trouve aussi Jenny Orléans dans le rôle de la Castafiore, et cette fois-ci, on a des noms pour les acteurs jouant les Dupont(d)s : Franky François (d) et André Marie (t).

1234000238_talbot3

Comme ce fut le cas pour le premier film, le scénario de ce second film est basé sur un scénario totalement inédit. Mais un album-photo du film fut conçu par la suite, qui intégrera la collection hors-série des Tintin (le nom de Hergé ne fut pas apposé dessus, à la demande de Hergé, pour ne pas faire d’amalgame, mais il me semble qu’Hergé apprécia les films). Ce second film mise encore plus sur l’aspect bande dessinée : le générique du premier film était sobre, classique, ennuyeux même. Celui du second est à base de bulles de BD. Idem pour l’affiche, dessinée par Hergé, contrairement à l’affiche plutôt moche du premier volet ! Pourtant, ce second volet, s’il mise plus sur l’aspect BD, n’est pas le plus réussi des deux. C’est mon préféré, pour son coté fantaisiste, mais le premier volet est plus ‘tenu’, mieux écrit.

1234000292_tintin

Un jour, à Moulinsart, le professeur Tournesol reçoit, de la part d’un confrère espagnol, une orange bleue. Son confrère, le professeur Zalamea (Angel Alvarez), a conçu cette variété d’oranges, capable de pousser partout, même dans le désert, ce qui résoudrait le problème de la faim dans le monde (surtout que cette orange serait largement plus nutritive). Mais l’orange, quelques temps plus tard, est mystérieusement enlevée, de nuit, et Tintin ; Haddock, Milou, Tournesol et les deux Dupont(d)s partent en Espagne, afin de rencontrer Zalamea, afin de lui dire ce qui s’est passé. Mais Zalamea a été enlevé, et rapidement, Tournesol subira le même sort…Ses amis partent à sa recherche.

1234000346_pfilm80051370439513

Tourné en Espagne (paysages de carte postale, sans doute trompeurs – Espagne franquiste, ne l’oublions pas), Tintin Et Les Oranges Bleues est une fantaisie totale, très drôle et mouvementée, mais dont le scénario est, il faut bien le dire, faiblard. On s’amuse devant ce film, on ne s’ennuie pas, mais on sent les trous du script, et les fameuses oranges bleues, que l’on voit très souvent dans le premier tiers du film, disparaissent ensuite du film, ce n’était qu’un prétexte pour un début d’histoire fantaisiste, et un titre de film énigmatique (qui fait référence à la fameuse citation de Paul Eluard, La Terre est bleue comme une orange).

1234000264_orange_g

Néanmoins, j’adore ce second film plus que le premier. Je lui donne aussi la note maximale en raison de ça, mais pour être franc, le film mériterait 3 étoiles au lieu de 4. Mais en raison de mon amour pour ce film, je rajoute une étoile ! C’est fantaisiste, et vraiment sympathique, et les acteurs (surtout Jean Bouise, selon moi un meilleur Haddock que le pourtant très bon Georges Wilson) sont très bons. La réalisation est identique à celle de Vierne pour le premier film : classique.

1234000478_tintin

En résumé, voici deux films qui ont certes, vieilli, paraissent datés, mais si vous êtes fan de Tintin et d’aventures, alors vous devriez réellement apprécier le voyage. C’est classique, simple, mais vraiment agréable à regarder. Il se dégage un charme suranné, un parfum sixties de ces films vraiment populaires et sympathiques. Tintin n’a pas été bafoué avec ces films. En attendant les films U.S. qui vont bientôt être tournés…