1234362007_le_rideau_dechire_0

SPOILERS…

Alfred Hitchcock, pour ses fans, a commencé son déclin en 1964, avec le drame psychologique Pas De Printemps Pour Marnie (que j’aborderai ici bientôt, un film qui fut un flop, mais est cependant très bon). Mais tous sont d’accord pour dire que c’est à partir de son film suivant que le déclin du Maître du Suspense deviendra évident : Le Rideau Déchiré. Interprété par Paul Newman, Julie Andrews et Lila Kedrova (les autres acteurs, comme Ludwig Donath, sont largement moins connus), ce film n’a pas marché, et a été sévèrement critiqué.

1234362126_18922731_w434_h_q80

En fait, on en parle même comme du ratage de la carrière d’Hitchcock, son premier film mauvais. Permettez-moi de le dire haut et fort, c’est totalement faux. Certes, c’est radicalement différent des autres films qu’il a fait (tous des thrillers ou films de suspense), car ce film est un film d’espionnage. De même que le film qu’il fera par la suite (trois ans plus tard), L’Etau, également un film d’espionnage, également un film sous-estimé et échec à sa sortie. C’est avec ce film qu’Hitchcock brisa une collaboration qui avait duré des années, celle qu’il avait avec le compositeur Bernard Herrmann. En effet, il eut une brouille avec Herrmann, et n’apprécia pas la musique qu’il composa pour le film. Il engagea, à la place, John Addison, qui fit une musique assez belle, proche du style d’Herrmann, mais cependant, pas extraordinaire. Le film contient une célèbrissime et angoissante scène de mise à mort (dans laquelle on constate que tuer quelqu'un est parfois difficile et long).

1234362072_18965461_w434_h_q80

Michael Armstrong (Paul Newman) est un scientifique américain qui participe à un congrès scientifique à Copenhague, Danemark. Son assistante et fiancée, Sarah Sherman (Julie Andrews), l’accompagne. Au moment de son arrivée, Armstrong reçoit un télégramme lui annonçant qu’un livre qu’il avait commandé est arrivé, dans une petite librairie de Copenhague. Interceptant ce télégramme, Sarah va chercher le livre, pour faire plaisir à son fiancé, et lui remet. En fait, ce livre contient des informations précieuses pour Armstrong. Immédiatement après l’avoir reçu, il prend un billet pour Berlin-Est, et fait croire à Sarah qu’il part à Stockholm, Suède, et qu’il la quitte. Sarah se renseigne, et découvre qu’il part pour Berlin-Est, RDA. Elle le suit, et une fois à Berlin, se rend compte qu’apparemment, Armstrong a décidé de passer à l’Est, afin de collaborer avec un éminent scientifique est-allemand sur un projet qu’initialement, il avait entamé aux USA ; le projet Gamma 5, un système permettant de neutraliser des bombes nucléaires.

1234362098_18965453_w434_h_q80

Armstrong, en fait, est un agent double, chargé de recueillir des informations sur les travaux que son homologue allemand a faits sur Gamma 5, afin de les remettre aux USA. Ses contacts sont une organisation de passeurs, Pi (comme le symbole mathématique), qui doivent, une fois sa mission accomplie, le ramener à Berlin-Ouest. Mais Sarah, persuadée qu’Armstrong a réellement décidé de trahir son pays, peut devenir un risque, et Amrstrong, afin de la récupérer, va devoir tout lui avouer. Ils vont devenir deux personnes traquées par la police…

1234362208_18965459_w434_h_q80

Certes, ce n’est pas le plus grand film d’Hitchcock ; mais franchement, Torn Curtain (titre en référence au fameux ‘Rideau de Fer’ symbolisant les blocs Est et Ouest, d’après le fameux discours de Churchill) mérite bien plus que sa réputation de bâton merdeux. Paul Newman est fantastique, et si Julie Andrews semble être une petite erreur de casting, l’ensemble de la distribution, moins connue, est excellent. A noter, Lila Kedrova, troisième actrice au générique, n’apparaît qu’à la 98ème minute, et elle n’apparaît en tout et pour tout qu’une dizaine de minutes dans le film ; un rôle inutile. Très bien interprété, riche en suspense, ce film est vraiment excellent, et n’est pas à négliger. Ce n’est pas mon préféré, ni un de mes préférés de Hitchcock (pas comme le film suivant, également sous-estimé et d’espionnage, Topaz), mais je l’aime vraiment beaucoup. Réhabilitons ce film !