1186950837_affiche_little_big_man_1969_2

SPOILERS !!

 

Arthur Penn (Missouri Breaks, La Poursuite Impitoyable, Bonnie & Clyde) réalise en 1970 ce magistral western iconoclaste, j'ai nommé Little Big Man, adaptation du roman du meme nom de Thomas Berger (paru en 1964). Le film, interprété par Dustin Hoffman, Faye Dunaway, Martin Balsam et "Chief" Dan George, est un sommet du western à l'américaine, mais aussi un sommet du film picaresque. En effet, ce film est proprement hilarant (mais pas seulement : il y à aussi des passages plus sombres, voire meme dramatiques) par endroits. Le film raconte l'histoire de la vie de Jack Crabb, un homme qui, au départ, a atteint l'age de 121 ans. On le découvre dans un hospice pour grabataires, et il raconte sa vie à un journaliste. On se rend compte au fur et à mesure qu'il raconte son existence que sa vie fut rien moins que, disons...mouvementée. En effet, alors qu'il était tout gosse, la diligence qui contenait ses parents (et lui-meme) est attaquée par des Indiens. Ses parents se font tuer, lui en réchappe, et il sera élevé par les Indiens selon leurs coutumes. Il adoptera tellement les méthodes indiennes qu'il ne sait plus s'il est Blanc ou Indien. Crabb va également vivre une existence plus orthodoxe, en étant envoyé, une fois plus agé, dans une famille américaine puritaine (le pasteur l'ayant trouvé parmi les sauvages, et voulant à tout prix faire un bon croyant de lui).

 

1186950961_capt_film

Au cours de sa vie, Crabb va croiser Buffalo Bill, le général Custer, bien d'autres personnages...il va participer à la bataille de Little Big Horn, et se vantera meme d'etre le seul survivant indien de cette bataille...Comme le dit l'affiche du film, 'ou c'est le plus grand héros de l'histoire du Far-West, ou c'est le plus grand menteur de tous les temps'. A aucun moment il n'est permis de peser le pour et le contre dans tout ceci, ce qui accentue le coté picaresque et fantaisiste du film, sorte de Un Homme Nommé Cheval en plus amusant (le film que je viens de citer, avec Richard Harris, ne l'est pas, amusant, de toute façons).

 

1186951005_capt_son

Bien sur, le personnage de Jack Crabb n'existe pas, c'est un personnage de fiction. Il sert juste, en quelque sorte, à démystifier les légendes de l'Ouest, à démystifier les codes du western. A nous faire marrer un bon coup. Mais il sert aussi, et surtout, à montrer les Indiens sous un autre jour. On ne les voit plus sous l'apparence de guerriers sanguinaires (découpage de scalps, ce genre de choses), mais sous l'apparence d'un peuple ayant ses coutumes, ses croyances, ses dogmes. Comme une nation à part entière. Le personnage de Crabb se sent Indien à 100%, mais il se sent aussi Américain à 100%. Il ne sait pas vraiment quel camp choisir, meme s'il reviendra souvent du coté des Indiens (voir la bataille de Little Big Horn, sanglante et tragique).

 

1186951191_wk1205lbm

Que dire devant un tel film, qui parvient tout autant à nous faire rire qu'à nous émouvoir ? Dustin Hoffman trouve ici son plus grand role, Arthur Penn un de ses trois plus grands films avec La Poursuite Impitoyable et Missouri Breaks. Dans la catégorie 'westerns sociologiques', ce film est, avec Soldat Bleu, Jeremiah Johnson et Un Homme Nommé Cheval, le meilleur représentant. Et de loin, il surclasse ces trois autres films. Un pur chef d'oeuvre.