1186917271_fahrenheit451aff

SPOILERS !

François Truffaut manquait cruellemment à ce blog, je le sais bien. A défaut de parler des 400 Coups ou de La Nuit Américaine (que je n'ai pas suffisamment vu pour en parler efficacement ici), j'ai choisi d'aborder son film le plus inhabituel - ainsi, le titre de cet article n'aura pas été conçu en vain. En 1966, François Truffaut décide d'adapter à l'écran un classique du roman de science-fiction, Fahrenheit 451, écrit par Ray Bradbury en 1953. Truffaut s'exile aux studios Pinewood (Londres, Angleterre), et s'entoure d'une équipe de tournage quasi exclusivement britannique. Malgré qu'il ne parle pas suffisamment bien l'anglais, il décide de tourner le film dans cette langue (unique film truffaldien en anglais). Les acteurs sont excellents, à commencer par Oskar Werner (un Allemand, qui avait déjà joué dans Jules Et Jim), Julie Christie (toute auréolée, à l'époque, du succès du Docteur Jivago de David Lean - ici, elle joue un double role), Cyril Cusack et Anton Diffring. La musique, assez oppressante, est de Bernard Hermann.

1186917771_fahrenheit451pic

L'action de Fahrenheit 451 se passe dans un futur proche. Les livres sont interdits. Des pompiers (dont le héros, Montag - Oskar Werner) sont chargés, suite à des dénonciations anonymes, de perquisitionner chez les habitants pour prendre et bruler les livres, ainsi que d'arreter les rebelles. Un soir, Montag (promu un jour à un bel avenir, comme son patron - Cyril Cusack - le lui a dit), de retour de son boulot, rencontre Clarisse (Julie Christie), une jeune institutrice, charmante, avec laquelle il sympathise. Elle lui demande son métier, il le lui dit. Elle lui demande si il n'a jamais eu envie de lire un des livres qu'il brule habituellement, il lui répond que non, c'est de toute façons interdit par la loi. Mais l'envie le titille quand meme...

1186918010_t1o650

Montag rentre chez lui, retrouve sa femme Linda (Julie Christie - ce double role est censé perturber le spectateur, qui voit la meme actrice - avec une coupe de cheveux différente - jouer deux roles aussi proches du héros). Linda est plus occupée à regarder la télévision et à papoter avec ses amies qu'à parler à Montag, mais elle l'aime beaucoup. Montag, un jour, alors qu'il se trouve, avec ses collègues, dans une belle maison pour une perquisition immense (plusieurs centaines de bouquins divers; on voit meme Mein Kampf et la revue Les Cahiers Du Cinéma), s'empare furtivement d'un livre. Un autre pompier (Anton Diffring) le voit faire, mais ne dit rien.

1186918404_1

La femme vivant dans cette maison refuse de laisser ses livres bruler, et préfère s'immoler avec eux. Impuissants, les pompiers s'en vont, la laissant mourir, brulée vive avec l'objet de son délit : une montagne de livres...Cette scène donne encore plus envie de lire à Montag. Comment peut-on se laisser mourir pour un livre, si ce n'était pas quelque chose d'important ? Dès le soir, montag se met à lire, et il entraine bientot sa femme Linda dans sa spirale. Montag retrouve Clarisse, lui avoue qu'il a commencé à lire des livres. Bien entendu, Clarisse, elle, détourne la loi depuis un sacré paquet de temps.

1186917814_fahrenheit451

Un jour, Montag et ses collègues arrivent en vue d'une maison pour faire une perquisition. Montag, affolé, reconnait sa maison, et voit Linda en sortir, avec des valises ; elle l'a dénoncé, ne pouvant pas vivre en bravant la loi. Montag se voit donner l'ordre de bruler ses livres (il en a quelques uns). Montag, en plus de bruler ses livres, se met à incendier sa maison ,et il tue par la meme occasion son chef, qui comptait l'arreter personellement une fois l'autodafé effectué.

1186918082_t1o12488

Montag s'enfuit. Sa tete est mise à prix. Il parvient à sortir des limites de la ville, et atteint un bois, où il rencontre plusieurs personnes, se définissant 'hommes-livres'. Ces hommes, des rebelles, apprennnent par coeur un livre de leur choix (et se font surnommer selon le titre du livre) avant de le bruler. Ainsi, il gardent en eux l'intégralité du livre, qu'ils se récitent mutuellement. Là, Montag retrouve Clarisse (qui a choisi les Mémoires de Saint-Simon), et intègre vite la troupe (son livre : Histoires Extraordinaires de Edgar Allan Poe). Il apprend vite qu'en ville, tout le monde le croit mort...Montag, parmi les (hommes-livres' (dont il fait désormais partie) est en sécurité.

1186918047_t1o969

Fahrenheit 451 est un grand classique du cinéma de science-fiction. Probablement un des meilleurs films de Truffaut, aussi. Froid, impersonnel (par bien des cotés totalement différent des autres films du réalisateur), le film est un vrai cauchemar de lecteur. Imaginez un monde où les livres sont interdits ? Personellement, ça m'effraie énormément !! Il est à signaler que, malheureusement, la mention 'aucun livre n'a été blessé ou tué lors du tournage de ce film' ne pourra jamais étre placée dans le générique : les quelques scènes de cramages de livres sont totalement authentiques. Dire qu'on a du bruler de vrais livres pour ce film est, dans un sens, affreux, mais comment aurait-on pu faire autrement ? Et puis, ça en rajoute au coté apocalyptique du futur proposé par ce film.

1186918220_arton2469

Il semblerait qu'entre Oskar Werner et François Truffaut, le courtant ne soit pas aussi bien passé que lors du tournage de Jules Et Jim. Ces tensions ne se voient pas à l'écran, heureusement. Un film remarquable, un des meilleurs films d'anticipation que j'ai vu, et une sublime adaptation du roman de Bradbury. Film culte, à mon humble avis, et presque un chef d'oeuvre du cinéma. Au fait : Fahrenheit 451 : température à laquelle un livre brule, se consume.