1186754044_22634

SPOILERS...

Réalisé par Werner Herzog en 1974, L'Enigme De Kaspar Hauser (dont le titre original est Jeder Fur Sich Und Gott Gegen Alle, ce qui signifie 'Chacun pour soi et Dieu contre tous') est un film remarquable, second meilleur film de Herzog après Aguirre, La Colère De Dieu. Le film, qui raconte une histoire vraie, est interprété par Bruno S., un acteur débutant (qui jouera ensuite dans le film La Ballade De Bruno du meme Herzog en 1975), ancien interné d'hopital psychiatrique, orphelin ayant vécu une grande partie de sa vie en orphelinat et institut. Bref, l'acteur idéal pour jouer Kaspar Hauser, au point meme qu'on pourrait se demander s'il ne serait pas une réincarnation de ce mystérieux jeune homme, apparu mystérieusement dans un petit village allemand dans le courant du XIXème siècle (vers 1828), dont personne n'a jamais su l'origine. Sa mort (celle de Kaspar, hein, car Bruno S. est toujours vivant, heureusement pour lui !) aussi est étrange : il a été assassiné, poignardé, mais par qui ? Et surtout pourquoi ?

1186755256_capturek

Le film tente en quelque sorte d'expliquer par qui Kaspar aurait été tué : par l'homme qui, au début du film, l'a déposé sur la grand-place de ce village, avec une lettre à remettre au capitaine de la garnison locale...Par l'homme qui, pendant de très nombreuses années, l'a séquestré dans une grotte, coupé de toute civilisation. Kaspar ne savait ni lire, ni écrire (excepté son propre nom), ni parler, ni meme marcher avant d'etre trouvé dans ce village. Au fil des années qui passent (deux ou trois ans, en gros, passent dans le film), Kaspar est recueilli par un notable de la ville, et apprend à se civiliser. Il y parvient très bien, meme s'il restera à jamais à moitié sauvage...

1186754924_c

Werner Herzog, un cinéaste exemplaire, nous offre ici son film le plus beau, le plus bouleversant. Littéralement bouleversant, j'insiste. Que ce soit par le biais de la musique (extraits des Canons de Pachelbel, de l'Adagio d'Albinoni) ou des images (le reve de Kaspar, qui imagine le Caucase...ou bien l'histoire qu'il raconte, sur son lit de mort, à ses proches, une histoire inachevée - parce qu'il ne se souvient plus de la fin - de caravane de chameaux dans le désert du Sahara), L'Enigme De Kaspar Hauser émeut souvent. La fin, triste, est cependant immédiatement sabrée par les cinq dernières minutes, dont on se serait quand meme un petit peu passé, l'autopsie du corps de Kaspar (et notamment, la dissection du cerveau), faisant passer le corps avant le personnage. Excepté cette conclusion un peu voyeuriste (à mon sens) et scientifique, le film est remarquable.

1186754846_capture

Il faut absolument voir ce film, malheureusement moins connu que les autres films de Herzog. Werner Herzog n'est pas seulement le metteur en scène de Fitzcarraldo et de Aguirre, La Colère De Dieu. Il ne faut pas oublier les quelques autres grands films qu'il a fait, comme Les Nains Aussi Ont Commencé Petits, Signes De Vie ou cette Enigme De Kaspar Hauser, son meilleur film secondaire, selon pas mal de critiques. Pour moi, son plus beau avec Aguirre, comme je l'ai dit. Et je le préfère encore de beaucoup à Aguirre. Monumental et renversant chef d'oeuvre, un des films les plus beaux et forts que j'ai vus de ma vie, à mettre dans le meme registre que le sublime Enfant Sauvage de François Truffaut (qui narre une histoire similaire). Et le mystère qui entoure toujours le vrai Kaspar Hauser rend encore plus service au film...