1192800449_planete_singes

SPOILERS !

Surtout, ne pas lire ce qui suit si vous n'avez jamais vu le film !

Ce film, réalisé par Franklin J. Schaffner en 1967, est incontestablement un des 5 films de science-fiction les plus réussis de tous les temps. Porté par l'interprétation époustouflante de Charlton Heston, et rythmé par une musique limite terrifiante de Jerry Goldsmith, adapté d'un roman du Français Pierre Boulle, La Planète Des Singes est un vrai classique. Je tiens à préciser tout de suite (quitte à me répéter, puisque j'ai également écrit un avertissement en début d'article) que si vous n'avez jamais vu ce film (qui, pourtant, est tout sauf rare), évitez absolument de lire la suite, et meme de regarder une des dernières photos qui illustrent l'article ; sous peine de connaitre par avance la révélation finale, et forcément, le film serait moins intéressant par la suite...Car lorsque l'on voit ce film pour la première fois, autant le dire tout de suite : la fin est un gros, gros choc.

1192800715_capture

Dès le début du film, on est plongé dans une ambiance typique de la SF : le vaisseau spatial. Quatre spationautes, Taylor (Charlton Heston), Dodge (Jeff Burton), Landon (Robert Gunner) et une femme (Diane Stanley) sont en voyage interstellaire, dans le but de coloniser une nouvelle planète. Dès le début du film, Taylor, seul éveillé alors que les autres dorment, fait son rapport avant d'aller se coucher. A son réveil, la navette se crashe dans un lac, sur une planète aride, désertique. Selon les données du vaisseau, plus de 2000 ans se sont écoulés depuis qu'ils ont quitté la Terre, mais pour eux, c'est à peine si un an s'est passé. La femme, suite à une fuite d'air, est morte pendant son sommeil.

1192801007_cc

Apparemment, la planète se trouverait dans la constellation d'Orion. Taylor, Landon et Dodge s'extraient de la navette avec un radeau gonflable, et voient la navette s'enfoncer dans le lac. Avec de la nourriture pour trois jours, ils décident de miser le tout pour le tout, et partent en quète d'un peu de vie. Au bout de plusieurs heures de marche, ils découvrent un peu de végétation dans le désert, puis, plus loin, un signe évident de civilisation : des épouvantails d'apparence humanoide, placés là pour dissuader d'aller plus loin.

1192801294_z

Décidant de braver l'interdit, ils passent les épouvantails, et arrivent dans un endroit paradisiaque : une jungle luxuriante, une cascade. Se déshabillant pour se laver et se détendre, ils font la désagréable découverte que leurs vetements ont disparu, volés par des hommes vivants ici, des hommes (et femmes) se comportant comme des hommes préhistoriques. Aucune trace de vraie civilisation.  Taylor et ses deux amis commencent à se dire qu'ils pourraient vite devenir puissants, sur cette planète ; en effet, leur intelligence les rend plus puissants que ces humains ayant régressé dans l'évolution. Seulement, c'est sans compter sur l'espèce la plus intelligente et développée vivant sur cette planète : des singes.

1192801580_aa

Les trois spationautes ont la désagréable surprise de voir débarquer, à cheval, des singes, armés de fusils, équipés de filets, faisant la chasse aux humains, et qui parlent (les humains, eux, sont muets). Très vite, la chasse commence. Dodge se fait abattre en tentant de fuir, Landon et Taylor sont capturés (Landon sera lobotomisé), et Taylor est blessé au cou par une balle...Taylor, se croyant en plein cauchemar, se réveille dans une cage, scruté par des singes parlants, évolués. Il est traité (comme les autres humains) comme un animal qu'il faut exterminer, une vermine.

1192802013_tffx

Un singe (ou plutot, une guenon), le docteur Zira (Kim Hunter) est chargée d'étudier la psychologie des humains, malgré la réticence de son supérieur le professeur Zaius (Maurice Evans). Très vite, Zira (et son fiancée Cornelius - Roddy McDowall) est captivée par Taylor, qu'elle surnomme 'Beaux Yeux'. Taylor, rendu muet par la blessure, tente de parler, de faire comprendre à Zira qu'il est évolué, comme eux. Un jour, il parvient à écrire sur un papier qu'il tend à Zira 'je m'appelle Taylor'. Dès lors, Zira va tout faire pour convaincre Zaius et les hauts dignitaires que Taylor (elle l'appelle comme ça, maintenant) est différent des autres humains.

1192803502_dd

Taylor, un jour, apprenant qu'on va pratiquer une opération sur lui, tente de s'enfuir. Après une course-pourquite dans la cité, il est récupéré, mais parvient à dire à un singe s'appretant à le battre : 'ne t'avise pas de foutre tes sales pattes de macaque sur moi !'. Stupéaction, l'humain peut parler. Taylor, ayant retrouvé sa voix, va bien entendu tout faire pour expliquer à Zaius son histoire : il vient d'une autre planète...Seulement, le conseil dirigé par Zaius ne plaide pas du tout en la faveur de Taylor et de ses nouveaux amis (jugés très vite pour hérésie par rapport aux croyances et lois des singes) Zira et Cornelius.

1192801981_rrr

Taylor va prendre la fuite, avec Zira et Cornelius, qui vont l'emmener jusqu'à l'endroit où, selon Cornelius (archéologue de profession) se trouveraient des vestiges humanoides très anciens. Ce site se trouve non loin de l'endroit où Taylor et ses deux amis ont atterri. On appelle cette région désertique la Zone Interdite (ce qui explique les épouvantails). Très vite, ils vont etre rattrappés par Zaius et une troupe de soldats. Taylor, ordonnant à Zaius de le suivre jusque dans la grotte où se trouvent des vestiges, offre à Zaius des preuves que les singes n'ont pas toujours ét les plus intelligents : une poupée humanoide, pouvant dire 'maman', est découverte. Jamais des singes n'auraient l'idée de faire une poupée humaine pouvant parler (ça serait comme si nous, nous faisons une poupée de chien disant 'maman')...Zaius, après ça, avoue à Taylor connaitre la vérité sur la race humaine, longtemps tombée en disgrace, et remplacée par les singes. Il dit à Taylor que celui-ci peut reprendre sa route sans risque d'etre suivi, mais que ce qu'il va découvrir plus loin dans la Zone Interdite risque de ne pas lui plaire...

1192802518_f

Taylor continue son chemin, et tombe nez-à-nez avec un vestige de ferraille, presque totalement enfoui dans le sable (il est sur le littoral) : la Statue de la Liberté. Et là, il comprend tout : il se trouve, depuis le début, sur la Terre, et si la Terre est ainsi, c'est parce que près de 2000 ans plus tot, les Hommes l'ont ravagée avec la Bombe H...Fou de rage, Taylor maudit, avec retard, toute la race humaine...Taylor, donc, n'a pas voyagé dans l'espace, mais plutot dans l'espace-temps, et s'est retrouvé catapulté sur la Terre après que l'ordre de l'évolution ait été bouleversé par l'ultime guerre mondiale...

1192801331_ww

Vous l'aurez donc pigé, La Planète Des Singes est totalement pessimiste. Son dénouement fait froid dans le dos (certaines affiches des éditions DVD proposent l'ultime image du film comme visuel, je trouve ça aberrant, ça tue le suspense pour ceux qui ne l'ont jamais vu ! D'où le message au début de l'article), ainsi que la musique, proprement glaciale (rare pour un film de SF - mais ce film pourrait aussi etre un film d'horreur, à sa façon). Niveau inteprétation, Charlton Heston, Roddy McDowall, Kim Hunter, Maurice Evans sont rodigieux. Niveau maquillages simiesques, c'est tout bonnement ahurissant. J'ai rarement vu des maquillages aussi bien réalisés.

1192803739_n

En résumé, voici un chef d'oeuvre absolu et incontesté du genre. Quatre suites, une série TV et un remake seront faits. Un mot sur le remake de Tim Burton : il est ahurissant de médiocrité, malgré des effets spéciaux très bien faits. La série TV n'a pas duré longtemps, mais contenait quelques éléments intéressants. Mais ce n'était qu'un spin-off sans grande valeur et utilité. Les quatres suites sont à chaque fois de moins en moins bonnes, mais valent le coup, et Heston joue dans la première (Le Secret De La Planète Des Singes). Les autres s'appellent respectivement Les Evadés..., La Conquète... et La Bataille..., et un coffret DVD existe pour l'ensemble des cinq films. Mais l'original reste de très très loin le meilleur. Et un sacré monument de la SF, je me répète, mais qu'importe !!