1193753911_terminator

SPOILERS...

Sans ce film, jamais Arnold Schwarzenegger ne serait devenu une grande star du cinéma d'action, et jamais James Cameron ne serait devenu une valeur sure de ce meme genre de cinéma. Réalisé en 1984, Terminator est un chef d'oeuvre absolu dans le domaine de l'action bourrine et de la SF. Ce premier volet de ce qui est maintenant une trilogie (un quatrième film serait actuellement en cours de préparation) en est le meilleur, malgré la puissance du second film (Terminator 2 : Le Jugement Dernier, datant de 1991). Schwarzenegger, dans son role le plus marquant, y interprète le role d'un cyborg, une machine d'apparence humaine, insensible à la douleur, ultra résistant, ultra puissant, et totalement méchant. Le film, qui a obtenu le Grand Prix à Avoriaz en 1985, est aussi interprété par Michael Biehn (un acteur fétiche de Cameron : Abyss, Aliens) et Linda Hamilton. Dans de petits roles, Lance Heriksen et Paul Winfield.

1193755013_capture

L'action se passe en 1984, meme si le prologue se déroule dans un futur assez proche (vers 2020). Dans ce prologue, sépulcral, on voit une guerre se dérouler, dans un décor apocalyptique de ruines et d'ossements humains. Cette guerre oppose les humains aux machines. Puis, place à 1984. Deux hommes font leur apparition dans un déluge de flashs éléctriques. Ils sont nus, et débarquent en plein Los Angeles à deux endroits différents. Le premier est Kyle Reese (Michael Biehn), un soldat. Le second (Arnold Schwarzenegger) est un Terminator, un robot d'apparence humaine. Tous deux ont pour mission de retrouver une certaine Sarah Connor (Linda Hamilton). Le premier, pour la protéger du second, qui, lui, veut la tuer. Pourquoi ? Parce que Sarah st la future mère de John Connor, qui sera, dans le futur, le leader de la résistance humaine face aux machines. Le sort du futur de l'Humanité dépend donc de la vie de Sarah Connor.

1193755753_www

Sarah Connor n'est pas la seule à porter ce nom à Los Angeles : deux autres femmes, inscrites avant elle dans l'annuaire, se font dézinguer par le Terminator. Le dialogue de la scène où le Terminator tue la première Sarah Connor est cultissime, meme si très limité :

- Sarah Connor ?

- Oui...?

- Pan pan pan, pan, pan, pan !

1193754835_bbbb

Sarah, affolée, et persuadée qu'elle sera la suivante à mourir sous les balles de ce qu'elle croit etre un serial killer méthodique, échappe de peu à la mort dans une boite de nuit. Le Terminator la retrouve, et tente de la tuer, mais Reese, présent lui aussi, parvient à la repousser et à s'enfuir avec elle ; c'est à ce moment-là qu'il lui raconte tout... Suite à cet affrontement et à la poursuite qui en découle, Sarah et Kyle sont arretés. Kyle se fait considérer comme un gros malade mental schizophrène par le psychiatre Silberman (Earl Boen, que l'on retrouvera dans le second volet, très borné). Le Terminator fait irruption dans le commissariat, faisant un vrai massacre. Kyle et Sarah parviennent à s'enfuir, à nouveau.

1193755731_wwwww

Une course-poursuite diabolique entre le robot indestructible et les deux humains va s'engager. Au cours d'un répit dans un motel, Sarah et Kyle feront l'amour, et on comprend à ce moment-là que Kyle sera le père de John Connor, meme si dans le futur, les deux hommes ont à peu près le meme age (Kyle Reese n'étant pas encore né en 1984). C'est dans une usine que la confrontation finale sera faite. Reese meurt dans une explosion de grenade de nitro (qui abime sérieusement le Terminator, déjà devenu squelettique à force de subir des coups), et c'est Sarah qui, toute seule, parviendra à détruire le robot en le faisant passer sous une presse hydraulique. La conclusion voit Sarah partir, bien plus tard (elle est enceinte, ça se voit), vers le Mexique. Dans un magnétophone, elle enregistre une message pour son futur fils, un message dans lequel elle l'encourage à envoyer Kyle dans le passé, lorsque le moment sera venu...

1193755178_ddf

Cultissime au plus haut point (la fameuse réplique de Schwarzy, qu'il refera dans certains de ses films, I'll be back !, vient de ce film-là), rythmé par une musique inoubliable de Brad Fiedel, réalisé de main de maitre par James Cameron (dont ce sera le premier vrai succès - la suite de sa filmographie sera encore plus belle, si on fait abstraction de son longuet et mièvre Titanic, succès mondial réputé, mais surestimé), Terminator est un des tous meilleurs films avec Schwarzenegger, il est meme dans le Top 3 derrière Conan Le Barbare et devant True Lies.

1193754872_aa

Effets spéciaux du tonnerre (les scènes apocalyptiques montrant le futur, mais aussi la scène où le Terminator se répare le bras et l'oeil, sans oublier le squelette robotique, incroyablement beau et terrifiant), pour un film que l'on a toujours énormément de plaisir à revoir. Pour etre méchant, je dirai juste que les seconds roles du film sont passablement ineptes, inintéressants (les deux flics, la copine de Sarah, le psychiatre borné qui reviendra dans un role plus important dans le second film). Mais à coté du trio de tete Schwarzy/Biehn/Hamilton, rien de plus normal ! Si Schwarenegger est incoyable en machine à tuer insensible (marrant que son role le plus populaire soit celui d'un bad guy - il sera gentil dans les deux autres volets, mais dans celui-là, la vache !), Michael Biehn est plus que convaincant dans le role de Reese. Personellement, entre les deux personnages, c'est Reese que je préfère (son coté humain, probablement).

1193755671_ssss

Pour conclure, je dirai que Terminator est indispensable à tout amoureux du cinéma, et pas seulement d'action. Très populaire en dépit de sa violence (vraiment, certains passages sont durs), le film est à voir, il est incontournable, il fait partie de la culture populaire. Un film/icone des années 80, à l'époque où les films d'action et d'anticipation n'étaient pas encore la grande mode. Au vu du nombre de copies de séries B ou Z qui ont suivi la sortie de ce film (dont une série Z italienne reprenant meme la scène du réparage de bras !), c'est évident : Terminator est un must-have, un classique absolu, une somme dans le domaine de l'action. Vraiment grandiose !