18478100

SPOILERS...

J'ai déjà dit ici à quel point je suis 'dingue' : aborder sur un meme blog des films de Spielberg, Jodorowsky, Fellini et Tarkovski est tout sauf banal, n'est-ce pas ? Hé bien, voici un bon vieux...Claude Zidi. Réalisé en 1976, après une longue période pendant laquelle Louis De Funès n'a pas fait de films (consécutivement à un infarctus sévère, l'acteur ne s'énervant sans doute pas assez dans ses films), L'Aile Ou La Cuisse est le premier des films que Fufu fera pour le producteur Christian Fechner (il y aura ensuite La Zizanie, L'Avare, La Soupe Aux Choux). Le film, qui aborde le sujet de la grande cuisine et de la malbouffe, est aussi interprété par un jeune actur comique qui, à l'époque, commençait tout juste à faire parler de lui, Coluche. A la demande express de De Funès (qui a adoré tourner avec Coluche, retrouvant une complicité qu'il n'avait eue qu'avec Bourvil), le nom de Coluche fut inscrit en lettres de la meme taille que pour le nom de De Funès. Alors qu'au départ, le nom 'Coluche' était écrit en plus petit. Charmante attention de la part du plus énervé des acteurs français.

De Funès, ici, n'est pas aussi furieux et énervé que dans ses anciens films. Convalescence due à son infarctus oblige, bien entendu. L'Aile Ou La Cuisse, donc, est plus reposant pour ceux qui ne supportent que difficilement les grimaces de Fufu. L'histoire, assez brève : Charles Duchemin (Louis De Funès) est un critique gastronomique réputé mondialement grace à son Guide Duchemin ('Guide Michelin' ?), qui parait annuellement. Tout en préparant la prochaine édition du Guide, qui recense les meilleurs restaurants, il tente de convaincre son fils Michel (Coluche), plus intéressé par le milieu du cirque, de prendre sa place, car il devient trop vieux. Michel, qui le cache à son père pour ne pas le décevoir, travaille comme clown dans un cirque itinérant, qui survit grace à l'argent de Michel.

1187779329_30772

Au cours d'une tournée gastronomique, Michel accompagne son père (le cirque, discrètement, suit à la trace, s'installant à chaque halte des Duchemin). Mais ils sont aussi suivis par des espions travaillant pour le compte d'une grosse entreprise de cuisine industrielle, Tricatel, dirigée par Jacques Tricatel (Julien Guiomar), un homme méchant et sans scrupules, qui propose de la nourriture dégueulasse et rachète les meilleurs restaurants. Il veut la formule du nouveau Guide Duchemin, afin de couper l'herbe sous le pied à celui qu'il considère comme son seul vrai ennemi. Duchemin, décidant d'humilier Tricatel, l'invite à participer à une émission de TV présentée par Philippe Bouvard (dans son propre role, of course). Auparavant, lui et son fils  (dont Duchemin a appris la double vie de clown) auront visité l'usine de traitement de Tricatel, et en auront ramené quelques preuves accablantes...

1187779255_brust_old_de3_1_

Sans éxagérer, le film de Claude Zidi est une des meilleures comédies françaises que j'ai vues. La scène du prateau de télévision, à la fin, montre bien à quel point le personnage de Tricatel mérite de figurer parmi les plus grosses pourritures de l'histoire du cinéma populaire et comique. La scène, peu de temps avant, de l'usine, est selon moi une des meilleures de la carrière de De Funès. Elle est hilarante, délirante, inventive, et me fait penser (et ce n'est pas un mal) au film Soleil Vert de Richard Fleisher, qui traitait aussi de la malbouffe, mais à un degré quand meme nettement plus ambitieux et sérieux.

Riche en scènes mythiques (l'usine, l'émission, le restaurant dégueulasse), porté par une interprétation exceptionnelle de deux géants du comique français, qui se sont entendus à merveille (et ça se voit à l'écran), avec une musique très réussie signée Vladimir Cosma, L'Aile Ou La Cuisse est un des meilleurs films de Louis De Funès, et, en tout cas, son dernier grand role au cinéma. A voir, il vaut carrément le coup !!