18672162

SPOILERS !! Ne pas lire si vous n'avez jamais vu ce film ou son remake !

Alfred Hitchcock a tellement fait de grands films que ça en deviendrait presque indécent de les citer : La Mort Aux Trousses, Les Oiseaux, Sueurs Froides, L'Homme Qui En Savait Trop, Frenzy, Fenetre Sur Cour...Mais son plus grand film, pardon pour les fans de James Stewart ou Cary Grant, est incontestablement Psychose, réalisé en 1960, tourné en noir et blanc (voulu par le grand Hitch), et tout simplement un des plus grands moments de l'histoire du cinéma de suspense et de terreur.

1187368602_70865491_small

Personne n'a oublié la prestation époustouflante et inquiétante de Anthony Perkins (qui sera à jamais marqué par ce role, on dira sans cesse de lui c'est l'acteur de 'Psychose') dans le role de ce gérant de motel un tantinet, on dira...complexé, Norman Bates. On n'oubliera pas de sitot Janet Leigh dans ce role sublime de Marion Crane (Janet Leigh qui retrouve l'enfer des motels deux ans après La Soif Du Mal de Orson Welles, ah ah)...Quant à Martin Balsam, Vera Miles, John Gavin, ils sont eux aussi impeccables. Mais le film repose entièrement (et ça m'emmerde de dire ça tant ça me semble réducteur) sur les épaules du personnage joué par Anthony Perkins.

18392958

Le film raconte l'histoire d'une jeune employée de banque, Marion Crane (Janet Leigh), qui, un jour et sur un coup de tete, décide de quitter la ville (Atlanta) après avoir dérobé de l'argent à son employeur. Elle prend la route, à la fois apeurée à l'idée de se faire arreter pour vol, et heureuse de pouvoir enfin voler de ses propres ailes. Et puis il y à Sam, son fiancé (joué par John Gavin) qui la rejoindra, alors... En cours de route, elle achète une nouvelle voiture, afin de passer le plus inaperçue - réflexe de criminel, qui veut laisser derrière lui toute trace de son passage. Elle prend le mauvais embranchement, et arrive à un motel, le Bates Motel, très isolé par rapport à la route, et qui semble à l'abandon. Le gérant, Norman Bates (Anthony Perkins), qui semble timide, mais affable, la reçoit, et lui loue une chambre pour la nuit. Il l'invite meme à diner dans son bureau, ce qu'elle accepte. Elle découvre que Norman (qui vit avec sa vieille mère handicapée dans une maison assez imposante située à coté du motel, en hauteur) est un passionné de taxidermie (des animaux empaillés ornent le bureau).

18392959

Marion rentre dans sa chambre de motel (laquelle est mitoyenne du bureau de Norman, et comporte un trou dans le mur permettant à Norman de jouer les voyeurs), et décide de prendre une douche. Mais alors qu'elle prend sa douche, une forme féminine ouvre le rideau et la poignarde. (Précision : l'héroine se fait tuer au bout de 40 minutes de film, sur 100 minutes que dure le film au total ! Gros bouleversement dans la tete du spectateur : et après, que se passe-t-il ?) 

18392956

La scène suivante voit Norman entrer dans la chambre, et crier Oh, maman ! Maman ! Tout ce sang, oh non ! Norman nettoie les traces du meurtre, met le corps nu dans le coffre de la voiture de Marion, et précipite la voiture dans les marais attenants au motel, non loin... Le film passe ensuite à une double enquete, menée par Sam et par Lila Crane (Vera Miles), la soeur de Marion, afin de la retrouver (son employeur ayant remarqué sa fuite). Ils engagent Arbogast (Martin Balsam), un détective, afin de la retrouver. Arbogast arrive vite à retrouver les traces du passage de Marion dans un garage (achat de la nouvelle voiture et abandon de l'ancienne), et enquete auprès de tous les hotels et motels. Il arrive, logiquement, au Bates motel, et interroge Norman Bates, qui a du mal à cacher ses émotions et son stress.

18392954

Arbogast, se rendant compte de ça, décide d'enqueter plus profondément au motel, et il téléphone à Lila et Sam pour leur faire part de ses doutes. Arbogast visite le motel (sans se faire voir de Norman). Il découvre que le motel n'a aucun client, mais que quelques jours plus tot, une jeune femme est venue : Marion, meme si elle a signé sous un faux nom. Arbogast pousse ses investigations jusqu'au manoir, y pénètre, et alors qu'il monte les escaliers du hall, il aperçoit une forme s'approcher de lui. Cette forme, la meme que lors du meurtre de la douche, le poignarde. Il dégringole, meurt. Son corps subira la meme chose que celui de Marion : dans le coffre, dans les marais...

1187368561_65

Peu de temps après, Sam et Lila arrivent au motel, suite à l'appel d'Arbogast. Ils visitent, et reconnaissent l'écriture de Marion sur le registre. (Auparavant, ils rendent visite au shérif, qui leur donne quelques détails sur Norman Bates et le motel : Norman vit seul depuis la mort de sa mère, quelques temps auparavant, et il est très timide). La preuve est faite : Marion a bien passé la nuit ici. Lila visite toute la maison, vite rejointe par Sam. Elle arrive à la cave, et aperçoit une forme humaine, assise sur une chaise, au fond, près d'une ampoule. Elle pivote la chaise, et aperçoit un corps décharné, un cadavre squelettique, une femme...Mme Bates mère. A ce moment, Norman pénètre dans la cave, armé d'un couteau, et habillé en femme. Sam parvient à le maitriser, à l'assommer.

La dernière séquence du film explique la psychose de Norman Bates, qui a été tellement traumatisé par la mort de sa mère qu'il a conservé le corps et continué de vivre comme si elle était en vie. De meme, c'est lui qui a tué Marion et Arbogas, mais tout en étant persuadé qu'en fait, c'est sa mère qui les a tué. La dernière scène montre Norman dans une cellule, souriant, et on aperçoit, en surimpresssion sur son visage, celui du visage cadavérique du corps de sa mère. Norman est entièrement possédé par sa mère...

18392957

Le film a été fait en noir et blanc, selon l'insistance de Sir Alfred. Il semblerait meme qu'en fait, il aurait meme songé à faire le film en couleurs, à l'exception de la scène de la douche, qui serait restée en noir et blanc. Terrifiant par moments, porté par une musique inoubliable de Bernard Hermann qui figure sans aucun doute parmi les plus grands thèmes musicaux jamais conçus, interprété à la perfection, réalisé avec la meme perfection, le film est un de ces monuments qui marquent durablement l'esprit du spectateur. Hitchcock, lors de la sortie du film, avait trouvé deux idées de génie pour faire durer le suspense autour du film : il avait ordonné aux salles de cinéma qui passaient le film de ne faire entrer personne après le début du film (retardataires, séance suivante !) ; et surtout, il 'ordonnait' aux spectateurs de ne raconter sous aucun prétexte le film à ceux qui ne l'avaient pas encore vu. Afin que le suspense, le choc surtout, soit total. Ce gimmick commercial est une des raisons du succès du film. Mais il ne faut pas se leurrer : Psychose est un véritable chef d'oeuvre, un des rares films qui, meme après 40 ans d'existence (le film a presque 50 ans !!) restent toujours aussi efficaces et prenants. Oh putain, quel film !