19135401

SPOILERS...

A peine sorti en salles (début juillet), et déjà un grand classique. Michael Mann a fait très fort avec son dernier film, évocation de la vie professionnelle (et, donc, criminelle) de John Dillinger, Public Enemies. Johnny Depp, Christian Bale, Marion Cotillard, Billy Crudup, Giovanni Ribisi et Stephen Dorff interprètent ce film incroyable, puissant, majestueux.

19129763

Les USA pendant la Grande Dépression consécutive à la crise de 1929. L'action se passe en 1933. John Dillinger (Johnny Depp), braqueur de banques hors pair, leader d'un gang de malfrats, ennemi public N°1, se fait enfermer en prison par un complice déguisé en flic. La raison, faire évader ses amis et le maximum de prisonniers, évasion qui réussit. Après ce coup d'éclat, il reprend ses activités ,en multipliant les hold-ups spectaculaires, et rencontre, à une soirée mondaine, Billie Frechette (Marion Cotillard), une jeune employée de vestiaire d'hôtel, dont il tombe amoureux, et qu'il embarque dans ses virées. Pendant ce temps, J. Edgar Hoover (Billy Crudup), patron du tout récent FBI, charge son meilleur agent, Melvin Purvis (Christian Bale) de serrer la bande à Dillinger, le plus rapidement possible, en utilisant tous les moyens nécéssaires. La traque de Purvis démarre alors, implacable...

19037302

Michael Mann est un authentique génie, un très grand réalisateur, la preuve en est en regardant Heat, Miami Vice, le très sous-estimé La Forteresse Noire ou Collatéral. Avec Public Enemies, il livre tout simplement son chef d'oeuvre absolu, devant Miami Vice et Heat. Interprétation tout simplement prodigieuse de Johnny Depp (physiquement très ressemblant du vrai Dillinger, comme c'était le cas de Warren Oates dans Dillinger de 1973) et de Christian Bale et de Billy Crudup. En revanche, le seul défaut du film concerne Marion Cotillard, certes excellente (en particulier dans ses dernières scènes), mais franchement une actrice assez surestimée.

19069628

Sinon, certains pourront reprocher au film deux choses : ne pas aborder totalement la vie de Dillinger, on en sait pas grand chose sur le personnage, et les dates ne sont pas indiquées ; et l'utilisation de la caméra numérique, ce que Mann fait depuis Collatéral, rend le film largement plus réaliste et grandiose d'un point de vue visuel, mais le rendrait aussi moins 'imposant', moins 'mythologique'.

19126709

Les scènes nocturnes sont aussi nombreuses que très sombres visuellement parlant. Elles sont grandioses, magnifiques, réalistes, mais par moments, on ne distingue pas les visages des acteurs. Gunfights ahurissants de réalisme et de beauté. Cette noirceur visuelle n'est pas un défaut, mais une sorte de 'limite' de la caméra numérique. Il faut s'y habituer, et c'est pas évident !

19069633

Public Enemies est un film fort, puissant, renversant, qui dépeint les USA de la Grande Dépression avec une force équivalente aux Incorruptibles de Brian DePalma, au Scarface de Howard Hawks et à Il Etait Une Fois En Amérique de Sergio Leone. Désormais, on peut largement rajouter ce film dans la liste des chef d'oeuvres absolus du film de gangsters ! Le meilleur film de Mann, le meilleur film (probablement) de 2009. Le meilleur rôle (probablement aussi) pour chacun des deux acteurs principaux.