Attention, risques de spoilers...

Collection Christophe L.

Le role qui popularisera définitivement Clint Eastwood. Mais aussi le film qui le fera passer (ainsi que le réalisateur Don Siegel) pour un fasciste grand teint. La faute à un personnage de flic incorruptible et violent, brutal, limite cruel, surnommé (en VF) 'Harry le Charognard', et (en VO), Dirty Harry.

L'Inspecteur Harry est un polar comme on en a rarement vu, où le méchant est vraiment méchant, et surtout littéralement terrifiant. Un film dans lequel l'atmosphère est poisseuse, gluante, apre, dure. Malsaine, parfois. Un film, aussi, très marqué par son époque (la musique de Lalo Schiffrin, cultissime, est quand meme un peu datée). Un film, enfin, où le héros est presque (presque seulement, attention) aussi peu recommandable que la plupart des bad guys qu'il affronte et extermine.

1185722201_dhmary

L'inspecteur Harry Callahan est donc un flic à la Martin Riggs (L'Arme Fatale). Il tire d'abord, pose les questions ensuite. Il déteste tout le monde, est limite raciste, inconvenant, sec. Ironique, aussi, et assez méprisant. Mais c'est le héros, faut s'y faire, et s'adapter (dans les épisodes suivants, Eastwood changera vraiment de cap, rendant le flic plus gentil et accessible - après les accusations de fascisme et de racisme, il fallait bien...).

1185722264_dirty

Dès le début du film, on plonge dans l'histoire : une jeune femme est abattue d'une balle dans le dos, alos qu'elle nageait dans sa piscine ,située sur le toit d'un immeuble de San Francisco. Tuée par un sniper posté sur l'immeuble d'en face. Callahan (et son co-équipier, Chico Gonzales, joué par Reni Santoni) est mis sur l'affaire. Très vite, le tueur (qui se fait appeler Scorpio, et est joué par Andy Robinson) réclame une forte somme d'argent, faute de quoi, il commettra - avec plaisir, écrit-il - un autre meurtre, principalement un Noir ou un pretre.

1185722175_conveyor

Scorpio, ne pouvant attendre, décide de frapper à nouveau, mais, alors qu'il s'appretait à tirer du haut d'un building, un hélico de la police (qui, depuis le meurtre, fait sans cesse des rondes) le repère. Scorpio s'enfuit, il ne sera pas rattrapé. Une jeune fille se fait enlever par le tueur, qui réclame une forte somme contre sa libéraion. Un homme sera chargé de lui amener la somme dans une valise, au terme d'un jeu de pistes. Callahan est choisi comme homme de confiance, alors que - contre l'avis des supérieurs - Chico le suit, discrètement, branché par micro à Callahan.

1185722313_dhmisty

Callahan traverse une bonne partie de San Francisco by night. Le tueur l'appelle sans cesse, à chaque passage d'une cabine téléphonique, pour lui donner de nouvelles instructions. Passages sous un tunnel, virée dans le métro, course à pied, rien n'est épargné à Harry, qui voit finalement se pointer le lieu du rendez-vous, un parc boisé en plein coeur de la ville. Là, il se fait prendre d'assaut par Scorpio, cagoulé, qui l'assomme et prend la valise. Harry à juste le temps de blesser Scorpio d'un coup de couteau à la cheville. Chico, arrivé un peu trop tard, est blessé par Scorpio, d'une balle. Boitant, Scorpio s'enfuit.

1185722452_harry11

Callahan se rend à l'hopital le plus proche pour demander si un homme blessé à la jambe d'un coup de couteau est venu se faire soigner, et il tombe juste. Parvenant à trouver l'adresse du tueur (bien connu du personnel de l'hopital), il découvre que celui-ci vit dans un local situé dans un stade, il en est le gardien. Callahan retrouve la trace de Scorpio, et, pour l'empecher de s'en aller, lui tire une balle dans la jambe (la jambe blessée). Scorpio est arreté...

...Mais relaché peu de temps après, les méthodes d'arrestations de Callahan étant tellement proches de la torture que les droits du suspects (avocat, etc) ont été bafoués. Bref, l'arrestation est caduque, les preuves aussi. Scorpio est relaché. Il se rend chez un boxeur pour se faire casser la gueule, et faire payer le chapeau à Callahan. Harry est suspecté d'avoir traqué et pété la gueule de Scorpio, mais son supérieur le couvre.

1185722235_dhphot2

Pendant ce temps, Scorpio prend en otage un bus scolaire. Callahan, parvenant à retrouver la trace du bus et à sauter dessus par le biais d'un pont sous lequel ce dernier est passé, parvient, au terme d'une ultime poursuite, à tuer Scorpio. Une fois le tueur éliminé, il jette sa plaque dans le fleuve...

Jusqu'auboutiste, hyper violent (le film était interdit aux moins de 18 ans, à sa sortie en 1971 - maintenant, moins de 12 ans), le film est aussi le premier volet d'une saga qui en comptera 4 de plus (dont le quatrième volet, réalisé par Eastwood himself). Un des plus grands (si ce n'est le plus grand) polar urbain jamais fait. Mais le second volet, Magnum Force, réalisé en 1973 par Ted Post, sera lui aussi excellentissime...