18878247

SPOILERS…je tiens à préciser aussi que cet article n’est en aucun cas fait en second degré. N’y voyez aucune ironie, je suis sincère dans ce que je dis ci-dessous

Rarement un film aura été aussi défoncé, aussi détesté, que celui-ci. Sorti en janvier dernier, Astérix Aux Jeux Olympiques, réalisé par Thomas Langmann et Frédéric Forestier (on peut dire d’emblée que deux réalisateurs, c’est souvent mauvais signe pour un film, les styles des deux réalisateurs n’étant pas forcément identiques) n’est absolument pas un mauvais film. C’est une comédie, et en tant que comédie, il remplit parfaitement son rôle, car on rigole assez souvent (ou, si on ne rigole pas tout le temps, on sourit en tout cas).

18882980

C’est vrai que si on compare avec le dernier film de la série, celui de Chabat, c’est pas la même chose. Voilà en partie pourquoi je ne vais pas vraiment comparer les deux (et même trois, n’oublions pas le ratage absolu du film de Claude Zidi Astérix Et Obélix Contre César) films. Je n’aime pas comparer ce qui ne peut pas l’être. Le film de Chabat a beau être formidable (il ne sera pourtant jamais sur mon blog, je préfère le dire carrément), il contient un humour centré sur l’esprit Canal+, rapport aux acteurs (Jamel, Edouard Baer, les Robins des Bois au complet, Chantal Lauby, Chabat lui-même, tous viennent de Canal+, voilà de quoi faire un humour totalement sectaire, très ‘private joke’ que ceux qui ne regardent jamais Canal+ n’apprécieront absolument pas, se sentant écartés).

18834946

Le film de Langmann et Forestier est doté d’un humour parfois lourdingue (Elie Semoun n’est pas toujours drôle, Benoît Poelvoorde en fait des kilotonnes, surtout quand il se met à chanter, ce qui est heureusement très rare), mais au moins, c’est plus universel que l’humour Canal du Astérix Et Obélix : Mission Cléopâtre. Plus de Christian Clavier dans le rôle d’Astérix, ce qui est de loin la meilleure chose qui pouvait arriver au film. Si Gérard Depardieu est plutôt bon en Obélix (la preuve, seul lui l’a joué dans les trois films), Clavier ne convenait absolument pas. On avait plus l’impression de voir Jacquouille, en moins con, certes, mais en aussi peu original. Ici, c’est Clovis Cornillac qui reprend le flambeau, et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est excellent. Cornillac a réussi à faire de son Astérix le même que celui des BD initiales : un être râleur, irascible, colérique, susceptible, frondeur, et surtout, rusé. Et, malgré ses sautes d’humeur, totalement sympathique. Le Astérix originel, quoi.

18882979

Pour les autres acteurs, ça oscille entre excellent et pas terrible. Frank Dubosc convient plutôt bien à Assurancetourix (mieux que Pierre Palmade…), mais pour Panoramix, Jean-Pierre Cassel (dans son ultime rôle…) n’est pas terrible, je préfère largement Claude Rich du film prédécent qui avait toute la bonhomie, la gentillesse, la prestance du personnage. Poelvoorde est souvent drôle, mais parfois soûlant. Vanessa Hessler est agréable, mais dans le style potiche. Je ne me rappelle plus qui joue Abraracourcix, mais ce n’est plus Michel Galabru, et là aussi, c’est dommage.

18882997

En revanche, grosse surprise, et une bonne surprise en plus, c’est Alain Delon, qui, dans le rôle de Jules César, est tout simplement grandiose. Ce n’est bien évidemment pas le plus grand rôle de sa carrière, faut pas charrier. Mais il semble s’être totalement amusé à faire le film, à se tourner en dérision (la première scène où apparaît César est tuante). Il ne se prend pas au sérieux, joue avec sa réputation de prétentieux, de Alain Delon ne vieillit pas ; il mûrit que tout le monde lui file par le biais des imitateurs et parodistes.

18883001

Coté seconds rôles et apparitions, Elie Semoun est pas très bon, mais on à l’habitude. Dany Brillant ( !!!!!!!!!!!!!!!!! x12), dans un rôle courtissime et amusant de goûteur de miroir, est rigolo. José Garcia, Francis Lalanne, Stéphane Rousseau (lui a un rôle bien plus développé que les autres : Alafolix) sont amusants. Notons aussi l’apparition de plusieurs stars du sport : Michael Schumacher, Amélie Mauresmo, Zinedine Zidane, Tony Parker. Seul Schumacher a un rôle conséquent dans la course de char (excellente, mais ne pensez pas à celle de Ben-Hur avant de la regarder, ça passerait mal), les autres ne font que de la figuration conne dans les cinq dernières minutes. Histoire de dire regardez, on a eu un gros budget pour le film, et on l’a claqué pour faire venir Zidane, Parker et Mauresmo, une fin de film totalement inutile et frimeuse. Précisons aussi que Jamel Debbouze revient au cours de cette fin crâneuse.

18882991

La fin est donc ridicule, et certains gags semblent réchauffés. Certes. Le début aussi n’est pas folichon. Pour être honnête, quand j’ai été voir le film en salles, j’ai pris peur, car les 10 premières minutes (en gros, tout ce qu’on voit avant la première apparition d’Astérix et Obélix – sublime vol plané vertical de sanglier, au passage !) sont à chier des briques. On s’ennuie, c’est convenu, et voir Poelvoorde/Brutus chanter Besoin De Rien, Envie De Toi en plein palais grec, devant la princesse Vanessa Hessler, est une épreuve assez redoutable (j’ai oublié de mentionner Alexandre Astier, amusant mais sans plus en centurion, et Jean-Pierre Castaldi, de retour en Caïus Bonus, aussi médiocre que possible). Heureusement, la suite du film est largement meilleure.

18883002

En résumé, Astérix Aux Jeux Olympiques (dont je n’ai même pas fait de résumé, car ça ne servirait à rien, tout le monde sait de quoi ça parle) est un film qui, s’il n’est absolument pas un monument, n’est en tout cas pas un ratage du tout non plus. Pour être tout à fait honnête, je le trouve aussi bon que le film de Chabat. J’ai même dit, dans ma critique initiale parue sur AlloCiné, que je le trouvais meilleur que le film de Chabat. Je me suis sans doute un petit peu emballé ce jour-là, mais en tout cas, je le confirme, pour moi, c’est une très bonne comédie, que je préfère au film de Chabat (là, au moins, je le certifie), et je ne pige absolument pas comment ce film a pu se faire dessouder de la sorte alors qu’au moment de sa sortie, le premier film, celui de Zidi, n’avait pas eu autant de mauvaises critiques, malgré sa nullité crasse ! Comme quoi, quand les critiques et spectateurs veulent être cons et snobs, ils y arrivent très bien ! Astérix Aux Jeux Olympiques ne mérite pas tant de haine. Réhabilitons-le, que diable !