Attention, spoilers !!

Voici un classique du cinéma de suspense. Réalisé en 1972 par John Boorman, adapté d'un roman de James Dickey (qui joue le role du shérif), Délivrance est un choc qu'il faut surtout éviter de voir avant d'aller faire une balade en canoé ou dans une foret. Le film est surtout célèbre pour deux choses : son affiche (et sa scène de fin) et sa musique, le fameux "Duelling Banjos", duel musical entre un banjo et une guitare sèche. C'est à qui ira le plus vite.

Le film raconte les mésaventures de quatre amis citadins, Ed, Lewis, Drew et Bobby (respectivement joués par Jon Voight, Burt Reynolds, Ronny Cox et Ned Beatty), originaires d'Atlanta, et ayant décidé de s'organiser un week-end 'nature'. En canoé, ils devront remonter une rivière sauvage située dans un coin reculé de la Georgie. Cette rivière (et la vallée dans laquelle elle se trouve) est menacée de disparition par la création d'un barrage. C'est donc pour eux l'ultime chance de la traverser.

1183539049_delivrance

Ils arrivent au point de départ, une grange quasiment en ruine habitée par des locaux (qui ont tout l'air de dégénérés). Drew, aperçevant le gosse du coin (un vrai dégénéré, d'ailleurs) jouant du banjo, sort sa guitare et joue avec lui (le fameux "Duelling Banjos"). C'est un des très rares moments de détente du film.

 

Les quatre amis s'embarquent en canoé, deux par embarcation (Drew et Lewis - qui mène le groupe - et Ed et Bobby). La première partie de leur voyage, jusqu'à une halte sur une berge pour la nuit, se passe superbement bien. Ils installent leur campement au bord de la rivière, et repartent le lendemain matin.

1183538989_delivrance03

Arrivés à un embranchement, Ed et Bobby (en avance sur les autres) se reposent un peu, remontent à terre, et rencontrent vite deux bouseux (désolé, pas d'autre mot), qui les prennent à partie. La situation dégénère, les deux hommes étant ivres et un peu dégénérés. Ed est ataché à un arbre, tandis que Bobby est violé par un des hommes, qui lui ordonne de brailler comme un cochon pendant qu'il le viole. Scène assez dure, je préviens tout de suite. Entendant le bruit (et ne se trouvant pas très loin), Lewis et Drew arrivent. Lewis (qui est un archr émérite et avait emmené son arc pour le voyage) tire une fleche, et tue un des hommes (pas le violeur - l'autre), tandis que l'autre s'enfuit. Après une discussion sur la loi (bafouée ici), ils enterrent le corps, et reprennent la route, marqués par ce qu'ils viennent de vivre.

Ils arrivent bientot à un passage rocailleux et difficile, plein de rapides. Tant bien que mal, ils passent, mais un coup de feu retentit, et Drew tombe. Lewis, blessé à la jambe par un rocher, est rattrapé par Ed et Bobby, et les trois amis se mettent à couvert, persuadés que le coup de feu était tiré par l'homme qui a violé Bobby et s'est enfui. Dun commun accord, Ed escalade la falaise (avec l'arc) pour trouver et éliminer le tireur. Après une dure escalade, il parvient à voir l'homme, et l'atteint d'une fleche. L'homme tombe dans la riviere, avec son fusil.

1183539087_delivrance01

Installant Lewis allongé, ils repartent, et retrouvent le corps de Drew, posé contre un rocher, emporté par le courant. Aucune trace de balle, mais des meurtrissures dues aux rochers. Laissant son corps là, et après avoir prié pour lui, ils repartent, et arrivent au point d'arrivée, non loin de l'endroit où leurs voitures les attendent. Ed va chercher du secours. Lewis est emmené à l'hopital, les deux autres sont hébergés dans une famille de locaux accueillants, ce qui accentue leur malaise - rapport à ce qu'ils viennent de vivre. Ils apprennent qu'un des membres de la famille, chasseur, est porté disparu. Ed, en entendant ça, se met à pleurer, plus que persuadé que l'homme qu'il a abattu en haut de la falaise n'était qu'un chasseur, et non leur agresseur. Bref, il a tué un innocent.

La police interroge les amis, qui disent que Lewis a été blessé par un chavirement et taisent tout le reste. Ils repartent, mais le shérif leur conseille de ne jamais revenir sur les lieux - il se doute de quelque chose, probablement... Ed rentre chez lui (le film adopte souvent le parti pris de ce personnage), et en pleine nuit, est réveillé par une vision horrible : il voit une main sortir de l'eau, la main de l'homme qu'il a tué. A partir de maintenant, cette mort va le hanter, à jamais...

1183539113_delivrance02

Prenant, oppressant, glaçant, terrifiant par moments, le film de John Boorman (son plus grand film, selon moi, meme si Excalibur, Le Point De Non-Retour et Zardoz sont exceptionnels) est un de ces chef d'oeuvres qui marquent l'inconscient du spectateur. Impossible de faire une randonnée en canoé-kayak sans penser à ce film, par la suite...

Vraiment bluffant, un film d'autodéfense grandiose, en meme temps qu'un hymne à la nature et qu'une critique de l'avancée de l'homme sur la nature (la rivière devant disapraitre pour laisser place à des chantiers modernes). Et, bien sur, une féroce analyse de la cruauté humaine...