BIG Spoiler !!

Sans doute mon film préféré de tous ceux que Clint Eastwood a réalisé. Et il ne s'agit que de son second film en tant que réalisateur ! L'Homme Des Hautes Plaines est le premier western qu'il a fait, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce film a beaucoup plus à dire que ce que son enveloppe 'western' le présume...

Eastwood s'y donne le role principal, celui de l'homme sans nom (réminiscence de ses premiers roles dans des westerns, ceux de Sergio Leone, bien sur), qui débarque dans la petite ville minière sans histoires de Lago. La ville est tout ce qu'il y à de plus banale, avec son église, son saloon, son barbier, ses mauvais garçons...Lesquels mauvais garçons (au nombre de trois) viennent rapidement emmerder Eastwood alors qu'il boit sa bière au saloon. Ce dernier, après avoir laconiquement répondu à leurs provocations (il ne vous reste pas suffisamment de temps à vivre pour apprendre à tirer aussi vite que moi, ça calme), se rend au barbier, en face, pour prendre un bain (il en a bien besoin) et surtout, se faire raser. Alors qu'il se fait raser, les trois hommes arrivent, et l'embrouillent encore. Ni une ni deux, il les descend, sans se lever de son siège. Puis, il sort, se fait alpaguer par une jeune femme qui le bouscule et l'engueule (regardez un peu où vous mettez les pieds !), ce qui entraine comme réponse immédiate d'Eastwood qu'il l'entraine dans une grange pour la calçer sous le regard indiscret de Mordecai, le nain du village, faire-valoir par excellence. Puis, il sort, à nouveau, et prend une chambre à l'hotel. Marqué par un cauchemar (un homme se faisant lyncher à coups de fouet), sa nuit se passe moyennement bien.

 

1183811778_high_plains03

Le lendemain, il se décide à prendre le bain qu'il n'a pu prendre la veille. Une fois dans son bain, il reçoit la visite du shérif, qui lui explique qu'aucune charge ne sera retenu contre lui après son massacre d'hier. La ville étant de celles qui préfèrent fermer les yeux et oublier. Immédiatement après, la femme qu'Eastwood a violé la veille fait irruption dans le salon du barbier, et tire à deux reprises dans la baignoire, pour se venger de l'affront. Heureusement, Eastwood n'est pas touché.

Eastwood apprend du maire et du shérif que trois hommes assez dangereux vont etre libérés de prison. ces trois hommes, repsonsables de la mort de l'ancien shérif (qui s'appelait Duncan), avaient été arretés à Lago, et avaient juré de revenir pour massacrer ses habitants.

 

Les habitants de Lago sont donc dans la peur que ces hors-la-loi tiennent leur sinistre promesse, et demandent à Eastwood de les aider à les repousser. Eastwood accepte, à condition d'avoir les pleins pouvoirs, ce qu'il obtient. Son premier geste est de virer le shérif et le maire, et de nommer Mordecai (souvenez-vous : le nain souffre-douleur - et dont le doubleur, en VF, est insupportable, la voix de Bugs Bunny) shérif ET maire. Ce qui ne plait qu'à une seule personne, Mordecai. Eastwood pille, pour lui-meme, les réserves de la ville, il déloge les habitants de l'hotel pour se l'accaparer à lui tout seul, et il commence à faire règner une vraie dictature. Tout en entrainant les habitants, il leur fait repeindre l'intégralité de la ville en rouge sang, et renomme la ville Hell ('Enfer'). La ville, ainsi, ressemble vraiment à une vision de l'enfer, l'enfer qui attend les bandits pour leur arrivée - s'ils comptent venir à Lago...Pendant ce temps, les trois bandits sont dans la nature, libérés, en route vers Lago, dans le but d'y répandre le chaos.

 

1183811841_capt_film

Les bandits arrivent en ville, et sont accueillis par les habitants leur tirant dessus. Plusieurs morts sont à compter parmi les habitants, peu entrainés. Eastwood règle personellement leur compte aux bandits : il en lynche un avec un fouet, et abat les autres en duel, dans un décor de ville ensanglantée et en flammes, vraie vision infernale.

Au petit matin, il part, laissant aux habitants survivants le soin de rebatir Lago. Il croise Mordecai, occupé à inscrire, sur la pierre tombale de l'ancien shérif Duncan (qui était, juque là, anonyme) le nom de l'ancien shérif. Mordecai lui demande son nom, et Eastwood lui répond : mon nom, tu le sais. C'est celui que tu viens d'inscrire sur la tombe. C'était celle de mon frère, prends-en bien soin.

Donc Eastwood est le frère de l'ancien shérif, qui avait été tué par les bandits (avec accord tacite et muet des habitants, qui assistèrent au lynchage sans mot dire, en parfaits laches - souvenez-vous, la ville est de celles qui oublient, qui ferment les yeux...), et il est venu à Lago pour venger sa mort. Ca, c'est ce que la version française dit. Mais je vous encourage à voir le film en VOST, autrement dit, la vraie version (qui ne contient aucune scène en plus, c'est juste le doublage français qui est différent). Il y à un changement radical, qui transforme ce western en un film fantastique.

 

1183811809_capt_son

En effet, à la fin, dans la version originale, Eastwood, à la question du nain, répond mon nom, tu le sais. C' est celui que tu viens d'inscrire sur la tombe. Prends-en bien soin. Oubliée, l'allusion au frère, puisque le cowboy n'est pas le frère du shérif Duncan, mais son fantome, revenu d'entre les morts pour se venger, et parce que son ame ne peut trouver le repos tant que sa tombe reste anonyme. Plusieurs choses expliquent carrément qu'Eastwood est un fantome, dans le film : lors du générique de début, on l'aperçoit apparaitre comme par magie dans un flou. De meme, lors du générique de fin, il disparait, de la meme manière...

Les flashbacks cauchemardesques dont il est victime (réminiscences de son lynchage) ne pourraient entre crédibles s'il s'agissait du frère, qui n'a pas vécu ce lynchage, et ne peut donc en cauchemarder de la sorte. De surcroit, comment survivre à plusieurs balles tirées dans une baignoire ? Pour y survivre, il faut bien que le personnage soit déjà mort ! Sinon, c'est absolument impossible de s'en tirer indemne !

1183811741_capt_image

Enfin, le fait qu'il renomme la ville Hell est, selon moi, plus pour punir les habitants d'avoir participer indirectement au lynchage et de ne pas l'avoir enterré dignement, que pour punir les trois bandits. Eastwood en fait baver aux habitants de Lago, ville de faux-culs bigots, plus qu'il ne les aide à affronter les bandits. Il est le bras de la vangeance, l'ange de la mort...le shérif Duncan est de retour en ville, l'anonymat de sa tombe et la mauvaise foi des habitants les empeche de le reconnaitre...A moins qu'il ne l'aient reconnu, mais n'ont pas voulu y croire...

 

Quoi qu'il en soit, à cause d'un doublage français qui en rajoute volontairement pour rationaliser (très connement) le propos, L'Homme Des Hautes Plaines passe d'un film fantastique aux allures de western à un western tout con, totalement inspiré par Sergio Leone mais en nettement plus concis et simple). L'ambiance du film (surtout la fin, apocalyptique) et la musique (flippante, angoissante, à mille lieues des thèmes western traditionnels) en font un monument du film fantastique, mais, hélas, bien peu de gens voient ce film de la sorte. Et c'est bien dommage. A voir, uniquement, en VOST.