SPOILERS !

TCM

On parle souvent de Massacre A La Tronçonneuse comme d'un film sanglant, gore, dégueulasse, bref, comme d'un film à la hauteur de son titre alléchant et/ou écoeurant (c'est selon). La vérité est nettement différente.

Sorti en 1974 (il sera longtemps interdit en France, merci à René Chateau pour avoir osé le sortir en VHS par la suite), ce film de Tobe Hooper (son premier film) marque toujours autant l'inconscient de ceux qui le regardent. C'est l'archétype meme du film d'horreur contemporain, l'histoire le prouve par A+B :

5 amis (trois garçons, dont un en fauteuil roulant, et deux filles, dont la soeur de l'handicapé) parcourent le Texas en camping-car (ou plutot en minibus). Une des raisons de leur présence au Texas est qu'ils doivent s'assurer que la tombe du grand-père de Sally et Franklin Hardesty (la fille et son frère en fauteuil), qui vivaient ici étant gosses, n'a pas été vandalisée, compte tenu que des cas de profanations ont été signalés ces derniers temps. Heureusement pour eux, ce n'est pas le cas, et ils reprennent la route. En chemin, alors qu'ils passent devant des abattoirs (ce qui entraine une tonne d'explications assez trash de Franklin sur la manière d'abattre le bétail), ils prennent en auto-stop un jeune homme du coin, qui vient, justement (dit-il) des abattoirs. L'homme semble complètement dérangé, il prend Franklin en photo avec un polaroid antique (sans demander la permission de Franklin pour la photo, mais ça, ce n'est pas encore trop grave, hein !), enveloppe la photo dans du papier d'alu, y met le feu (qu'il éteint aussitot), tout en souriant et riant. Les jeunes commencent à paniquer, ils se demandent qui est ce type. Le type et Franklin parlent de la manière de tuer le bétail aux abattoirs, apparemment la méthode à changé...Le couteau suisse de Franklin n'étant pas loin, l'autostoppeur s'en empare, se taillade profondément la main, et entaille très légèrement le bras de Franklin. Panique encore plus générale, le bus s'arrete et le mec est jeté dehors.

ddddd

Complètement secoués, ils parviennent à une station-service pour faire le plein, mais plus d'essence. Le pompiste, l'air inquiétant, leur propose de venir manger un bout chez lui, ils refusent poliment. Les jeunes gens visitent l'ancienne maison où Sally et Franklin on vécu avant. Un des deux autres hommes (Kirk) et sa copine, l'autre fille (Pam), décident d'aller faire un petit tour aux environs, et tombent sur une maison d'aspect colonial. Alors que Pam reste à l'écart, Kirk sonne à la porte. Pas de réponses, il entre, referme la porte. Une fois dans l'entrée, il s'approche d'une porte située à l'autre bout. La porte s'ouvre, sur un homme portant un tablier sanguinolant, et portant un masque atroce. L'homme, sans un mot, assome mortellement Kirk, et embarque son corps.

Pam, ne voyant pas Kirk revenir, entre à nouveau. Elle arrive dans la maison, mais passe par la cuisine. La pièce est intégralement décorée (si on peut s'exprimer ainsi) par des ossements et des charognes (poulets, etc...mais aussi des os humains). Elle prend peur, tente de s'enfuir, mais Leatherface (car c'est le nom de l'homme au masque de chair humaine) la chope, et l'accroche par la peau à un croc de boucher. Elle en meurt, bien sur, mais pas tout de suite...normal, c'est un film d'horreur.

Pendant ce temps, il reste près du bus Sally, son frère Franklin, et le dernier homme, Jerry (le conducteur du minibus, au fait). Jerry décide d'aller voir dans la direction où Pam et Kirk étaient allés, et arrive aussi à la maison. Il entre, n'en sortira pas, Leatherface l'attendait bien sagement.

zzz

Restent Sally et Franklin. La nuit tombe, ils décident de partir à la recherche des autres. Sally pousse le fauteuil de son frère. Ils finissent par tombre, à proximité de la maison, sur Leatherface, qui tue Franklin avec une tronçonneuse (mais on ne voit rien, c'est la nuit !). Sally, terrifiée, s'enfuit, poursuivie par Leatherface et sa Bosch (du travail de pro). Elle arrive enfin à trouver refuge, à la station-service. L'homme lui dit de se calmer, puis l'assomme à moitié, la ligote, et la met dans sa voiture. En chemin, l'homme rencontre l'autostoppeur, et à ce moment on comprend que les deux sont de la meme famille, ainsi que Leatherface, apparemment le débile de la famille, d'ailleurs (dans ce cas, que dire des autres ?).

Sally, en plein cauchemar, se retrouve prisonnière d'une bande de dingues, qui lui font partager leur repas. A la table, le pompiste, l'autostoppeur, Leatherface, et le grand-père de la famille, dont l'aspect est tel qu'on jurerait une momie. Mais il est bien vivant, il tente meme (grandement aidé par ses rejetons) de tuer Sally, en la frappant sur la tete avec un marteau. Sally, dans un ultime sursaut, parvient à s'enfuir en passant par la fenetre, et une poursuite s'engage à nouveau entre elle et Leatherface et son engin à moteur. Arrivée sur une route, elle fait signe à un camion de s'arreter. Le chauffeur s'arrete, la fait monter, et elle parvient à s'enfuir, vivante, mais le rire hystérique qui sort de sa bouche signifie bien que, psychologiquement, elle est atteinte...

untitled

Réalisé avec très peu de moyens (comme La Dernière Maison Sur La Gauche de Wes Craven deux ans plus tot, et nettement plus trash que celui-ci), mais extrèmement efficace, Massacre A La Tronçonneuse est basé sur des faits réels. La meme histoire a d'ailleurs inspiré aussi les films Psychose et Le Silence Des Agneaux : l'histoire vraie du serial killer Ed Gein, qui dépeçait ses victimes, ornait sa maison avec les restes de celles-ci, les mangeait (du moins, il me semble), etc...

eded

Les acteurs du film (Marylin Burns, Paul A. Partain, Allen Danziger, Gunnar Hansen - qui joue Leatherface) sont inconnus, ce qui amplifie le coté documentaire du film. La musique est inexistante, excepté quelques sonorités angoissantes et stridentes qui sont l'oeuvre de Tobe Hooper lui-meme. Le scénario, comme on l'a vu, est extrèmement basique, on ne compte plus le nombre de films d'horreurs qui s'en sont inspirés... Mais le film est totalement culte, efficace, traumatisant. La scène d'ouverture (une profanation de sépulture, un corps pourrissant montré sous divers plans) est choquante, prenante. Il est intéressant de signaler que, malgré un titre racoleur et trash, on ne voit pas de sang dans le film (sauf sur le visage de Sally, mais c'est du aux éclats de verre quand elle traverse la fenetre ; et sauf sur la main de l'autostoppeur quand il se l'entaille). Bref, ceux qui vous racontent à propos de ce film qu'il est gore, qu'on y voit des tripes à l'air, etc, etc, n'ont pas vu le film.

Par contre, traumatisant et dérangeant, ça oui, il l'est. Et poisseux, aussi. Le film respire bon le Texas, mais pas le Texas de la série télé avec Chuck Norris, non ; le Texas bouseux, l'arrière-pays, les dégénérés en tous genres. Et ce, trois ans avant La Colline A Des Yeux de Wes Craven. Cultissime. A ne pas mettre devant tous les yeux. Mais à voir, obligatoirement.