SPOILERS à prévoir !! Beware !!

Pretty Pictures

Sans ce film, il n'y aurait pas de Midnight Movies (films cultes diffusés en salles à minuit dans les cinémas de quartier - exemples : The Rocky Horror Picture Show ou Pink Flamingos). Produit par la firme ABKCO (apartenant au producteur Allen B. Klein, qui s'occupa de la dernière période des Beatles) et par la firme de son réalisateur Alejandro Jodorowsky, Producciones Panicas, El Topo est un film culte absolument grandiose et totalement original.

Le film est sorti en 1970. Western chamanique mexicain tourné en espagnol, il n'aura pas énormément de succès, jusqu'à ce que le couple John Lennon/Yoko Ono en fasse de la publicité, proclamant à toue de bras à quel point le film était grandiose. ABKCO aidera Jodorowsky à mieux sortir le film, qui, d'un coup, fera l'unanimité. Il sera le premier d'une longue série de films underground et décalés à etre diffusé en salles, à minuit, pour des spectateurs exigeants et avides de sensations fortes. Le premier des 'Midnight Movies'. Malheureusement, Jodorowsky se brouillera avec Klein par la suite (ils auront quand meme le temps de sortir, en 1973, La Montagne Sacrée, que Lennon aidera à financer, avent la brouille), ce qui fait que pendant un sacré paquet d'années le film (et La Montagne Sacrée) sera introuvable, dans les mains de Klein. Une réconciliation aura lieu bien des années plus tard, ce qui fait qu'aujourd'hui, après des années de VHS pourries et non officielles, ce film (et l'autre cité) existe enfin en état impeccable en DVD. Champagne. C'est donc logique que j'en parle maintenant, alors que le support DVD permet à tout le monde d'avoir enfin ce film culte (bien que je juge La Montagne Sacrée comme encore plus culte et puissant, je l'ai déjà abordé ici, par ailleurs).

18683623

Le film parle d'un hors-la-loi, nommé El Topo (La Taupe, en français - c'est Jodorowsky qui l'interprète), tout de noir vétu, qui arpente le désert avec son fils (joué par le propre fils de Jodorowsky), agé de 7 ans, entièrement nu. La première scène montre El Topo demander à son fils d'enterrer dans le sable le portrait de sa mère (décédée) et sa peluche, sous prétexte qu'à 7 ans, il est devenu adulte, et que par ce geste, il enterre son enfance. Superbe scène.

El Topo et son fils arrivent vers une ville dévastée, dont tous les habitants (y compris les chevaux - et j'ai bien peur que les carcasses visibles à l'écran soient tout ce qu'il y à d'authentique...) ont été massacrés. Rigoles de sang - mares de sang, meme - , habitants agonisants...Voulant les venger, El Topo remonte la piste, et parvient à un campement de soldats. Le chef des soldats tentant de se farcier une jolie jeune femme, El Topo débarque, tue ceux qui se mettent sur son chemin (scène incroyable et courte d'égorgement en gros plan), et s'occupe du chef en le castrant. Ce dernier, fou de douleur, se fait sauter la tete immédiatement après. La jeune femme part avec El Topo, qui, par contre, se débarasse de son fils en la laissant aux mains des moines d'un monastère proche.

Alejandro Jodorowsky. Pretty Pictures

El Topo part avec la femme. Le grand amour. Mais celle-ci lui demande de relever un défi, afin qu'elle puisse vraiment voir en lui le plus grand pistolero de tous les temps : il doit retrouver et abattre en duel singulier les quatre grands Maitres du Pistolet du désert. El Topo accepte le défi, et part en quête.

El Topo gagne chacun des duels, il a donc accompli sa quete, et retrouve Mara. Seulement, obnubilée par la femme en noir, Mara tire sur El Topo à plusieurs reprises, et le laisse, agonisant. El Topo se réveille dans une grotte, entouré de gens étranges et difformes, qui y vivent reclus, à proximité d'une ville où ils n'ont pas le droit d'aller. Des parias.

Se découvrant une vocation religieuse, chamanique, et reniant toute violence, il se rase le crane et la barbe, et n'a plus qu'une idée en tete : aider ces braves gens. Alors, avec l'aide de l'une d'entre eux (une naine), il parvient à sortir de la grotte par un passage étroit, et va tout faire pour creuser un tunnel afin de faire sortir les freaks. Comme il a besoin d'argent pour se payer le matériel nécéssaire, il le gagne en faisant des numéros comiques avec la naine, dans la ville (au cours de ces scènes, le talent de mime de Jodorowsky est total, n'oublions pas qu'il a travaillé avec le mime Marceau).

18683621

El Topo, petit à petit, creuse le tunnel. Parallèlement (quelques années passent entre temps), un homme d'une vingtaine d'années arrive, un écclésiastique venu prendre la relève du curé local (un malade organisant des parties de roulette russe en son église - à balles à blanc, mais les fidèle ne le savent pas - et proclamant miraculés ceux qui s'en sortent). A balles à blanc, il n'y à pas de grand risque, mais il suffit que le jeune pretre lui ordonne de mettre une vraie balle pour que tout change : un enfant, voulant essayer, se tue.

Le jeune homme, attiré par les travaux d'El Topo, le rencontre, et là, il faut savoir que le jeune homme en question n'est nul autre que le fils d'El Topo, que le pistolero avait abandonné aux religieux bien des années plus tot. Les retrouvailles sont houleuses en ce qui concerne le fils, qui accepte d'aider son père à faire le tunnel, mais jure de le tuer une fois le tunnel achevé. El Topo, résigné, ne dit rien, il comprend presque la fureur de son fils.

Le tunnel est enfin conçu, les parias sortent, un à un. Le fils d'El Topo, ne pouvant se résoudre à tuer son père, part. De loin, il assiste au massacre des parias par les habitants de la ville, éffrayés par cette intrusion de freaks. El Topo est parmi les parias, il reçoit plusieurs balles, qui devraient etre mortelles, mais aucune ne le tue. Il reste debout, à hurler, ce qui fait fuir les habitants. Resté seul, il s'assoit à terre, s'asperge de pétrole, et s'immole par le feu, alors que son fils part, sur son cheval, avec la naine, laquelle est enceinte d'El Topo.

Pretty Pictures

Mystique, chamanique, extrèmement violent dans sa première partie et incroyablement calme dans sa seconde partie, le film se regarde comme une expérience. Un joyau noir, un western splendide et mystérieux. Un de mes films de chevet, meme si je considère quand meme La Montagne Sacrée comme plus aboutie et mystique - et culte - que El Topo. Néanmoins, il vous faut voir ce film, vous n'en ressortirez pas indemne. Comment, en une scène, Jodorowsky parvient à aligner poésie et violence est un mystère quasi total...