01 octobre 2009

Pour spectateurs plus qu'avertis

 

untitled

Attention, cet article raconte le scénario du film !

 

Voici probablement le film le plus sulfureux, le plus violent et le plus dérangeant de l'histoire du septième art. Pour tout dire, ce film aurait pu être la raison de l'assassinat de son réalisateur, Pier Paolo Pasolini, s'il avait été programmé en salles avant son assassinat. Mais il est sorti mondialement en 1976, et Pasolini a été retrouvé assassiné (poignardé) en novembre 1975...

Ce film, c'est Salo Ou Les 120 Journées De Sodome, transposition du roman du Marquis de Sade "Les 120 Journées De Sodome" dans l'Italie de la fin de la seconde guerre mondiale, plus particulièrement la République Fasciste de Salo (petite ville du sud de l'Italie, où Mussolini, avec l'aide d'Hitler, conçut une mini-dictature après avoir été renversé du pouvoir - cette République fantoche ne durera pas longtemps, deux-trois ans).

Le film montre l'immontrable. Autant le dire tout de suite, ce film, interdit aux moins de 16 ans (et qui devrait être carrément interdit aux moins de 18 ans, selon moi) va très loin dans la violence et l'amoralité. Ca parle de quatre notables (un juge, un evêque, un duc et un autre notable juriste) fascistes et totalement malades, qui décident de concevoir un 'jeu' cruel, avec l'aide de leurs ami(e)s : enlever 18 jeunes filles et jeunes hommes des environs, les séquestrer dans un château, et faire d'eux ce que bon leur sembleront : viols, humiliations, tortures. Le tout, pendant 120 jours.

 

untitleddd

Le film (de même que le roman que Sade avait écrit en prison sur de minces rouleaux de papier) se déroule en quatre parties :

- la première est le 'Vestibule', c'st en quelque sorte l'introduction, les prémisses. Les notables enlèvent les jeunes gens, en réquisitionnent quelques uns (des hommes seulement) pour leur servir de milice privée, et informent les autres de perdre tout espoir. Pour les garçons et filles enlevé(e)s - qui ont environ 18-20 ans - l'enfer commence.

 

- la seconde partie est nommée 'Le cercle des manies' (ou passions), et a pour base le sexe sous toutes ses formes. Une amie des notables raconte aux séquestrés des histoires totalement dégénérées et salaces, qui sont constamment interrompues par un des organisateurs, voulant la tester sur une des victimes. Une des scènes choc du film se trouve dans cette partie : les victimes, marchant à quatre pattes comme des chiens, nues (tous sexes confondus). Une des victimes reçoit l'ordre de manger un morceau de polenta (sorte de purée) à même le sol, dans laquelle des clous ont été insérés. Grands et terribles cris de douleur, bouche ensanglantée, difficile de tenir face à cette scène, qui n'est qu'un avant-goût du reste du film...

 

- la troisième partie est 'Le cercle de la merde', et inutile de dire de quoi vont parler les histoires racontées. Les victimes se voient interdire de chier, on comprendra vite pourquoi : pour se retenir en vue de préparer le repas. En effet, un immense banquet conclut cette partie, où les invités (notables, victimes) ne mangeront que des excréments. Une scène absolument dégueulasse. Un simulacre de mariage précède cette scène, les deux mariés sont violés par les notables (homme et femme).

 

- enfin, dernière partie, 'Le cercle du sang', qui voit son lot d'histoires de tortures, et se termine par la mise à mort (sauvage et extrèmement variée : castration, égorgement, fusillade, pendaison, coups de poignards, flammes) des victimes. Chaque notable, à son tour, s'assoit à la fenêtre pour admirer, à la jumelle, le résultat.

 

untitledd

On a entre les mains un film dur (pléonasme), totalement indigeste, dont on se souvient encore parfaitement plusieurs années après l'avoir vu. Pas besoin de le revoir pendant un bon bout de temps après la première (et terrible) vision.

Le film, pourtant, est incontestablement un des plus grands films jamais faits. Comme le réalisateur français Bertrand Bonello l'a dit (c'est dans le documentaire "Enfants de Salo" présent sur le DVD), si on considère que les crimes de la seconde guerre mondiale sont les plus monstrueux de notre siècle, et si on considère le cinéma comme le plus grand art de notre siècle, alors "Salo" est le film le plus important jamais réalisé. Personellement, je suis du même avis.

C'est un film qu'il faut voir, au moins une fois, pour se sentire un vrai citoyen du monde, responsable de ses actes, conscient de la cruauté que l'homme peut avoir envers ses pairs, et pour essayer d'éviter que cela n'arrive réellement un jour (car le film est adapté d'un roman, ce n'est pas, heureusement, basé sur des faits réels). Un des rares films qui forgent la citoyenneté d'un homme, avec le Nuit Et Brouillard d'Alain Resnais et de Jean Cayrol.

Un film, aussi, qu'il faut voir seul, pour ne pas être tenté de le dédramatiser en discutant avec son voisin. Pour ne pas être tenté de regarder son voisin au lieu de regarder l'écran. Et pour les petits pervers, une information qui risquera fort de vous décevoir : il y à énormément de nudité dans le film, mais aucun érotisme. Impossible d'être excité (ou alors, c'est que vous êtes de sacrés psychopathes !) par la nudité du film, qu'elle soit féminine ou masculine. Impossible. Ici, Eros = Thanathos. Le sexe, dans Salo, est synonyme de mort.

En résumé : un film essentiel, mais extrèmement perturbant et destabilisant. A voir, avec des pincettes, et uniquement quand on se sentira prêt, moralement, à subir l'expérience. C'est un de ces films qui peuvent vous rendre fou.

 


Commentaires sur Pour spectateurs plus qu'avertis

    putain, ça reste vraiment un gros film de malades mais je comprends ceux qui ne l'aiment pas... c'est vraiment spécial tout de même

    Posté par eelsoliver, 01 octobre 2009 à 12:43 | | Répondre
  • en effet !

    Posté par ClashDoherty, 01 octobre 2009 à 12:50 | | Répondre
  • C'est juste que la critique du fascisme est tellement simpliste qu'au bout d'un certain temps, le film perd de l'interêt.

    Posté par kingstalker, 25 octobre 2009 à 17:34 | | Répondre
  • je ne trouve pas que le propos soit simpliste: le film en lui même dépasse largement cela

    Posté par eelsoliver, 25 octobre 2009 à 20:22 | | Répondre
  • Un film évidemment polémique et scandaleux. Je t'invite à te rendre sur le lien suivant et à découvrir le frère spirituel de Salo : http://cinemachoc.canalblog.com/archives/2017/10/22/35791303.html

    Posté par Alice In Oliver, 23 octobre 2017 à 11:58 | | Répondre
Nouveau commentaire