aff

Spoilers à prévoir...

Sorti la meme année que Il Etait Une Fois Dans L'Ouest, La Horde Sauvage est un grand classique du western américain, très violent (la scène d'ouverture, mais surtout la scène finale, sont très brutales) et abrupt. Limite amoral, dans un sens, compte tenu que les héros sont des antihéros assez vils et cruels.

Comme dans Pat Garrett & Billy The Kid, ce film traite de la fin d'un monde, l'Ouest Américain. Et de la fin de l'Age d'Or des hors-la-lois, dont la bande à Bishop (William Holden) sont un bel exemple.

18463670

Bishop est le chef de la horde sauvage, une troupe de criminels endurcis, braqueurs de banques et de relais de poste, tueurs, voleurs...Ils sont suivis de très près par Thornton (Robert Ryan) et sa bande de chasseurs de primes. Thornton a une raison particulière de vouloir la peau de Bishop : lui et bishop étaient amis auparavant, et vivaient tous deux de traffics louches. Mais Bishop l'a vendu, envoyé Thornton en prison tout en s'en sortant sans problèmes.

Là encore, un lien est à faire avec Pat Garrett & Billy The Kid : les deux personnages principaux ont commencé par etre amis, avant d'etre ennemis. Et à chaque fois (Thornton/Bishop ; Garrett/Billy) l'un des deux est toujours du bon coté de la loi.

18463672

La horde sauvage, au début du film, attaque une banque, mais se font cueillir en beauté par les hommes de Thornton et par ceux du shérif. S'ensuit une fusillade meurtrière dans la rue, entre hommes de Bishop et tireurs postés sur les toits. Bishop et ses complices (dont Ernest Borgnine et Warren Oates - un habitué de Peckinpah) perdent quelques uns de leurs effectifs, et s'enfuient, afin de se 'ressourcer'.

Très vite, un nouveau plan germe dans l'esprit de Bishop aider un chef militaire mexicain, le général Mapache (Emilio Fernandez, autre habitué du grand Sam) à dérober le chargement d'un train de munitions. Pour ce faire, ils commencent par entrer dans les faveurs (la cour, pourrait-on dire) du général. Mais lorsque le général refusera de les payer...apocalypse now !!

Mais ce sera sans compter sur les hommes de Thornton, qui les collent au cul...

Magistralement filmé, le film contient quelques grandes scènes de fusillades et d'action bien brutales, violentes et sanglantes (les corps mordent littéralement la poussière et explosent sous la violence des balles - la dernière scène est incroyablement dure). Mais une majeure partie du film est plutot soft en ce qui concerne la violence, en fin de compte.

18463673

Ce film est incontestablement un des 4 ou 5 plus grands westerns qui soient, tous genres de westerns confondus. Sam Peckinpah atteint ici la maturité de son art, meme si je considère Pat Garrett & Billy The Kid comme encore plus beau (sans doute parce que ce sera, comme je l'ai dit sur l'article concernant ce film, le dernier vrai western).

Un western crépusculaire, sinistre, mortifère. Extrèmement nihiliste, Peckinpah montre ici la cruauté et la violence comme une maladie émanant de toute personne vivante : pour exemple, l'ouverture, où des enfants (logiquement, innocents, pas vrai ?) torturent un scorpion par le feu ; lequel scorpion préfère se piquer lui-meme pour abrèger ses souffrances. Si des enfants peuvent faire preuve d'autant de cruauté, imaginez donc de quoi est capable un adulte. Voilà ce que cette introduction mythique veut dire.

C'est pas dans un western de John Wayne ou Gary Cooper qu'on verrait ça. Et c'est ce qui rend La Horde Sauvage si unique : jamais un western (genre populaire) n'avait semblé si terrifiant dans sa violence...Le film (malgré une mention 'tous publics' totalement aberrante présente sur le DVD) est toujours interdit aux moins de 12 ans.

Indispensable.